République Démocratique du Congo: Aide à la subsistance pour des religieuses à Maluku

06/04/2021 Leuven – « Les femmes remplies de l’Esprit évangélique peuvent aider l’humanité à ne pas être inhumaine » disait le pape Paul VI. Cette appréciation pour la femme en général, et pour les religieuses en particulier, traverse les enseignements jusqu’au pape François qui, comme Jean Paul II, parle du « génie féminin, indispensable à la société ».

Parmi ces femmes remplies de l’Esprit évangélique figurent les soeurs de la congrégation franciscaine des « Filles de la Miséricorde ». Pour beaucoup, elles sont le visage de l’humanité, et conformément à leur charisme, elles apportent l’amour et le sourire de Dieu aux plus pauvres d’entre les pauvres.

L’année dernière, les « Filles de la Miséricorde du Tiers Ordre de Saint François » ont célébré le centenaire de leur fondation. La congrégation est née en 1920 dans l’actuelle Croatie. Huit ans après sa fondation, elle a été incorporée au Tiers Ordre de Saint François.

Les jeunes filles et mères veulent suivre saint François et la fondatrice croate de leur congrégation, Marija Petković.

Aujourd’hui, les « Filles de la Miséricorde » sont représentées par 52 communautés dans quatorze pays d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine. Elles aident les personnes en détresse, travaillent dans les dispensaires et les écoles et sont particulièrement engagées dans les domaines de l’éducation et de la formation des jeunes filles. Dans les paroisses, elles se consacrent à la catéchèse et à d’autres tâches importantes. En règle générale, elles aident partout où les gens souffrent de détresses physiques ou spirituelles.

Les sœurs sont également actives en République Démocratique du Congo, l’un des pays les plus pauvres au monde. Leur congrégation attire de jeunes vocations car le sourire de Dieu est attirant. À Maluku, dans l’archidiocèse de Kinshasa, il y a deux sœurs qui ont déjà fait leurs vœux perpétuels, une sœur qui a fait des vœux temporaires et cinq jeunes femmes qui en sont encore au début de leur formation.

Les sœurs de Maluku sont surtout engagées en faveur des jeunes filles, des enfants en danger et des jeunes mères dans le besoin. Mais comme les sœurs n’ont pas de revenus, elles ont besoin d’aide pour payer le loyer de leur maison, ainsi que l’électricité, l’eau, la nourriture, les soins médicaux, les transports et tout ce qui est indispensable. Bien qu’elles vivent modestement, tout cela représente un fardeau financier bien trop lourd pour elles. Or, leurs consœurs d’autres pays ont de plus en plus de difficultés à les soutenir, car pour elles aussi, la survie est rendue encore plus difficile à cause de la crise économique qui sévit dans de nombreux pays et de la pandémie.

C’est pourquoi les sœurs se sont adressées avec confiance à l’AED. Sœur Mirela et ses consœurs font confiance à la Divine Providence, mais aussi à la générosité de nos bienfaiteurs. Nous ne voudrions pas décevoir cette confiance et nous leur avons promis promis une aide à la subsistance de 6000 euros, pour que l’humanité l’emporte.

 

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.
Communication sur votre virement: 115-05-39 République Démocratique du Congo

 

 

 

Faire un don

Inscrivez-moi à la newsletter numérique

Ces coordonnées sont nécessaires pour une bonne gestion des données. Notre politique de confidentialité