Ukraine : rénovation du séminaire saccagé de Vorzel

Le séminaire de Vorzel, dans l’archidiocèse de Kiev-Jytomyr, avait été endommagé et saccagé lors d’attaques de l’armée russe, juste après l’invasion de l’Ukraine commencée le 24 février. Il rouvrira ses portes en septembre. Aide à l’Église en Détresse vient d’annoncer qu’elle couvrirait les frais de reconstruction du bâtiment et de rachat des équipements et meubles volés. La décision a été prise après une visite du séminaire par des représentants de l’AED, et une rencontre avec le recteur du séminaire, le père Ruslan Mykhalkiv.

Vorzel se situe à environ 30 kilomètres de la capitale et, avec d’autres banlieues des environs, telles que Bucha, Irpin, Gostomel et Borodyanka, est devenu l’épicentre des affrontements. Les 25 séminaristes qui y étudiaient et y vivaient ont abandonné le bâtiment le 25 février, après avoir appris que les russes avaient pris le contrôle de l’aéroport voisin et étaient en train d’entrer dans Vorzel. Les professeurs se sont d’abord réfugiés avec le recteur, le père Mykhalkiv, dans un village voisin, et sont maintenant dans un autre séminaire, dans le centre du pays.

Le recteur Ruslan Mykhalkiv

Les témoignages des habitants de Vorzel qui sont restés dans la ville ont été rapportés par le recteur à l’AED, et parlent de dévastation et de vols. Outre les dégâts causés par deux missiles, le séminaire aurait été attaqué à la mi-mars par les troupes russes qui, selon toutes les indications reçues, sont restées deux nuits dans le bâtiment, explique le père Mykhalkiv.

La situation dans laquelle le séminaire a été laissé, surtout à l’intérieur, est déplorable. « Ils ont pris tout ce qu’ils pouvaient, des ustensiles de cuisine, des machines à laver, des ordinateurs et des climatiseurs. Ils ont saccagé les chambres des séminaristes et emporté des objets liturgiques, dont le calice offert par Saint Jean-Paul II lors de sa visite en Ukraine en 2001 », ce qui est ce qui attriste le plus le père Mykhalviv. Plus tard, les habitants de la région sont également entrés et ont pris le reste, ce qui, selon le recteur, est compréhensible car ils n’avaient rien à manger.

Début avril, certains séminaristes, ainsi que le recteur et le père Igor Skomarovsky, assistant spirituel au séminaire et curé local, sont retournés au séminaire. « Nous avons remis en marche le séminaire dans l’espoir de reprendre les activités d’étude et de formation en septembre. Pendant ce temps, nous aidons les habitants de la région – explique le recteur – à distribuer de la nourriture. L’autre jour, près de 1.000 personnes sont arrivées. Mais la situation s’améliorera lorsque la vie sociale reprendra, avec la réouverture des magasins et des usines ».

Cependant, il y a toujours lieu de craindre l’incertitude pour l’avenir, non seulement à cause de la guerre, mais aussi parce que le coût des dégâts est estimé à plus de 150.000 euros. Pour cette raison, Aide à l’Église en Détresse, qui a visité le site, a décidé de couvrir les frais de rénovation du séminaire, et fournira ainsi une aide importante.

Magda Kaczmarek, responsable des projets de l’AED en Ukraine, confirme cette nouvelle : « Depuis le déclenchement de la guerre, nous soutenons étroitement l’Église locale, qu’elle soit de rite latin ou gréco-catholique. D’abord par l’aide d’urgence aux zones de guerre et par le soutien aux réfugiés dans l’ouest du pays. Grâce à nos bienfaiteurs, nous finançons les frais de transport et les activités extraordinaires des prêtres et des religieux dans les territoires touchés. Par ailleurs, dans une deuxième phase, nous aidons les paroisses et les monastères d’Ukraine qui ont ouvert leurs portes aux réfugiés, en leur fournissant un soutien matériel et spirituel. Dans un troisième temps et dans la mesure du possible, nous voulons réparer les dégâts ». L’un des piliers de l’aide de l’AED en Ukraine depuis des décennies est d’aider les séminaristes ukrainiens. C’est pourquoi la reconstruction de Vorzel est une priorité pour l’Aide à l’Église en Détresse, ajoute Magda Kaczmarek.

Les premiers travaux sont déjà en cours pour rétablir l’eau courante, l’électricité et le gaz qui avaient également été endommagés. « Nous serons très reconnaissants à l’AED », dit le père Mykhalkiv, « si nous permettons à nos séminaristes de revenir en septembre ».

Faire un don

[mollie-forms id="36976"]

Inscrivez-moi à la newsletter numérique

Ces coordonnées sont nécessaires pour une bonne gestion des données. Notre politique de confidentialité