Irak: une école de l’espoir et du renouveau

Avec l’ouverture officielle d’une école tant attendue d’une communauté de religieuses, les chrétiens en Irak font un grand pas en avant sur la voie du rétablissement après après ce qui a été un génocide.

Avec une capacité de 625 élèves, l’école secondaire Al-Tahira ouvre ses portes le 1er mai à Qaraqosh (Baghdeda), la plus grande des 13 villes et villages à majorité chrétienne de l’emblématique plaine de Ninive.

Contrairement à la plupart des projets structurels consistant à restaurer des bâtiments endommagés pendant l’occupation de cette plaine par l’État Islamique, cette école mixte a été entièrement construite à partir de rien, sur ce qui était autrefois la cour de récréation de l’école primaire Al-Tahira, également gérée par les sœurs dominicaines de Sainte-Catherine de Sienne.

L’école secondaire Al-Tahira, qui a accueilli ses premiers élèves en février, comprend des installations ultramodernes réparties sur trois étages, dont trois laboratoires scientifiques, un centre informatique, une grande salle de conférence, une bibliothèque et une chapelle.

Avec une période de construction de cinq ans, l’école est l’un des plus grands projets individuels en Irak soutenu par Aide à l’Église en Détresse.

Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l’AED, à l’ouverture de l’école Al-Tahira le 1 mai 2022.

Thomas Heine-Geldern, président exécutif de l’AED internationale, a participé à la cérémonie d’ouverture avec d’autres membres de la fondation. Il a déclaré : « AED a été impliquée dans cette initiative dès son commencement, et ce fut un privilège que de travailler avec tant de personnes et d’organisations engagées pour mener à bien ce projet, notamment la conférence épiscopale autrichienne, soutenue par le gouvernement autrichien ».

Aide à l’Église en Détresse a participé à l’obtention de plus de 80% des 2,1 millions de dollars (2 millions d’euros) nécessaires à la construction de l’école.

Remerciant les bienfaiteurs pour leur soutien inlassable à l’Irak, il a poursuivi : « Je voudrais rendre hommage à sœur Clara Nas, aux autres sœurs dominicaines et à tous ceux qui ont travaillé sans relâche pour faire de ce rêve une réalité ».

Il a ajouté: « Qui aurait pensé, aux pires moments de l’occupation de la région par l’État Islamique, que quelques années plus tard, nous célébrerions l’ouverture d’une nouvelle école?».

Sœur Huda et élève Rameel Rabu Wadi

Un mois avant l’inauguration, au cours de la visite d’une délégation de l’AED au nouveau lycée, la sœur dominicaine Huda a déclaré que l’école cherche à assurer un avenir aux chrétiens dans un pays où le nombre de chrétiens a chuté de façon spectaculaire. Leur nombre est passé de plus d’un million avant 2003, à environ 150.000 aujourd’hui.

« Nous formons le caractère des élèves pour qu’ils deviennent des leaders dans la société, qu’ils prennent des responsabilités et qu’ils élaborent un plan pour rester dans ce pays. La présence des sœurs et de cette école ici sont des signes d’espoir et du renouveau », a déclaré sœur Huda.

Rameel Rabu Wadi, un élève âgé de 16 ans, a fini par exprimer leur gratitude à l’AED  : « Avec des bâtiments comme celui-ci et une chance de bien étudier, nous pensons que nous avons un grand avenir ici. Un grand merci pour votre soutien ».

Faire un don

[mollie-forms id="36976"]

Inscrivez-moi à la newsletter numérique

Ces coordonnées sont nécessaires pour une bonne gestion des données. Notre politique de confidentialité