75 ans d’Aide à l’Église en Détresse: Parce que l’homme ne vit pas seulement de pain …

La haine et le désespoir ne peuvent pas porter de bons fruits. Ainsi notre fondateur, le père Werenfried van Straaten (1913 – 2003), eut à cœur d’affermir la foi, d’inciter à la réconciliation et de restaurer l’amour.

Un rôle important a été joué par les « prêtres sac à dos » chargés de s’occuper, sur d’immenses territoires, des catholiques allemands expulsés d’Europe de l’Est. Certains d’entre eux – déjà affaiblis par l’expulsion – sont morts de fatigue à cause de la longueur des distances. Notre œuvre a donc mis des mobylettes à la disposition des prêtres. Elle leur a également fourni une aide humanitaire sous forme de vêtements, de nourriture et de médicaments, afin qu’ils puissent, non seulement prêcher l’Amour de Dieu aux personnes en détresse, mais aussi le rendre concrètement perceptible. Pour une petite fille réfugiée, une poupée et une barre de chocolat étaient des signes si forts de l’Amour de Dieu, que plus tard, elle s’est rendue en Inde, en tant que religieuse, y devenant une nouvelle mère pour d’innombrables orphelins.

Un morceau de chocolat ou un biscuit : Pour les enfants réfugiés, la preuve de l’Amour de Dieu.
Liban : elle est ravie de sa poupée et de voir sœur Antoinette !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui encore, des prêtres parcourent à pied d’immenses territoires pour apporter aux fidèles les sacrements et la consolation de Dieu. C’est par exemple le cas dans le diocèse d’Ihosy (Madagascar), une région montagneuse et très reculée. Le père Germain Rahasason a la charge de seize paroisses. Il doit marcher pendant huit heures pour se rendre d’un village de montagne à un autre. Il en va de même pour les autres prêtres. Pour le 75ème anniversaire de l’AED, nous aimerions aider ces dix nouveaux « prêtres sac à dos » à avoir chacun une mobylette. Il faudrait 33 850 euros. Qui participera à ce cadeau d’anniversaire ?

1952 : Un « prêtre sac à dos », en route pour visiter ses ouailles.
« Prêtre sac à dos » malgache. Une mobylette pour aller plus vite vers les fidèles !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe de nombreuses œuvres de bienfaisance qui tentent de remédier aux difficultés matérielles. C’est bien, et c’est important. Mais il y a aussi une détresse psychologique et spirituelle profonde, souvent négligée, alors qu’elle est la cause de nombreux autres problèmes.

La Parole de Dieu, la prière et les sacrements sont une nourriture, non seulement dans ce monde, mais aussi pour la vie éternelle. Apporter cette « nourriture » aux fidèles du monde entier – même et surtout là où l’Église est persécutée ou souffre de la pauvreté – est notre préoccupation depuis 75 ans. Car « l’homme ne vit pas seulement de pain » (Mt 4,4).

Des personnes déplacées après la Seconde Guerre mondiale.
Des réfugiés, aujourd’hui, en République centrafricaine.

 

Faire un don

[mollie-forms id="36976"]

Inscrivez-moi à la newsletter numérique

Ces coordonnées sont nécessaires pour une bonne gestion des données. Notre politique de confidentialité