Papouasie-Nouvelle-Guinée: Soutien à la pastorale des familles du diocèse de Wabag

FacebookTwitter

06/08/2019 Leuven – La Papouasie-Nouvelle-Guinée est le pays le plus vaste et le plus peuplé d’Océanie. Il possède l’un des écosystèmes les plus variés de la terre, une myriade de cultures différentes, et quelque 830 langues y sont parlées. La plupart des 5 millions d’habitants sont chrétiens, et l’on compte parmi eux environ une moitié de catholiques. Toutefois, la confession catholique n’est présente dans le pays que depuis quelques générations et n’est donc souvent pas encore enracinée en profondeur.

Un des 25 prêtres de Wabag célèbre la Sainte Messe en plein air.

Pour de nombreux habitants de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la rapide évolution de la société à l’ère de l’information a été un défi majeur. À cet égard, l’État ne s’acquitte pas de ses obligations fondamentales dans de nombreuses régions. Certaines n’ont pas été à la hauteur de ce changement rapide. Parmi les conséquences, on compte souvent le déracinement social, une forte criminalité, la toxicomanie et l’alcoolisme, la violence domestique ou même la maltraitance des enfants. L’Église catholique s’appuie sur la pastorale familiale, parce que c’est la seule façon de parvenir à une amélioration.

À Wabag aussi, travailler avec les familles est une priorité. Cependant, les conditions sont difficiles : le diocèse est pauvre et les prêtres, en plus d’accomplir leur ministère sacerdotal, doivent contribuer à leur propre subsistance par l’agriculture. La plupart des fidèles vivent dans des zones montagneuses difficiles à atteindre. Les paroisses sont immenses et ont de nombreuses stations extérieures, souvent difficiles d’accès. Afin d’atteindre le plus grand nombre possible de fidèles, treize comités diocésains organisent en paroisse des initiatives pastorales et sociales couvrant presque tous les domaines de la vie. Ils forment également les fidèles afin qu’à l’avenir ils soient capables de poursuivre de façon autonome le travail initié. En effet, l’approfondissement de la foi et l’amélioration des conditions de vie concrètes vont de pair. L’AED soutient ce vaste programme pastoral triennal et y contribuera, cette année encore, à hauteur de 30.000 euros.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.
Communication sur votre virement: 512-08-49 Papouasie-Nouvelle-Guinée

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *