Terre Sainte – Prier là où Jésus aussi a prié

FacebookTwitterGoogle+

« Nous voulons préserver notre clôture » : « L’Aide à l’Église en Détresse » soutient les Carmélites du Mont des Oliviers à Jérusalem
Par Oliver Maksan

Sœur Agatha à l'entrée renouvelée

Sœur Agatha à l’entrée renouvelée

« Bienvenue dans notre nouvelle pièce de réception », nous accueille aimablement Sœur Agathe. La religieuse est l’économiste du couvent des Carmélites du Mont Pater de Jérusalem. Le réaménagement de la zone d’entrée du couvent qui, auparavant, était très enchevêtrée, n’a été effectué que très récemment. « L’Aide à l’Église en Détresse » (AED) y a contribué pour soutenir les moniales. À cette occasion, une nouvelle pièce de réception ainsi qu’une zone d’entrée couverte ont été installées. Tout est propre et clair. « Ces transformations nous permettent de mieux recevoir nos invités tout en préservant notre clôture », explique la jeune Carmélite française. « En effet, nous ne quittons pas le couvent normalement. Par contre, beaucoup de gens viennent nous voir. Nous sommes très reconnaissantes aux bienfaiteurs de l’AED de maintenant pouvoir mieux accueillir ces visiteurs. La meilleure manière de remercier nos bienfaiteurs, c’est à travers nos prières. »

Ancien monastère

Ce Carmel érigé au XIXe siècle sur le Mont des Oliviers est le plus ancien de Terre Sainte. Le couvent se situe sur le périmètre de l’église du Pater Noster. De nombreux pèlerins se rendent tous les jours dans ce sanctuaire édifié pour vénérer l’endroit où, d’après la tradition, Jésus-Christ a enseigné le Notre-Père à ses disciples. Des plaques artistiquement décorées et reproduisant en de très nombreuses langues le texte du Pater sont apposées sur les murs. « Notre Seigneur Jésus-Christ a prié ici, sur le Mont des Oliviers.

C’est ce qui porte notre prière », explique Sœur Agathe. « Nous vivons ici conformément à la spiritualité de la grande Sainte Thérèse de Lisieux. Elle accordait une immense valeur à la sainte Humanité du Christ. Ici en Terre Sainte, mais tout particulièrement à Jérusalem, il est facile de se l’imaginer. Jésus-Christ s’est réjoui ici, mais il a aussi souffert, pour finalement mourir sur la croix. »

Un règne de justice en faveur du peuple

Sœur Agatha

Sœur Agatha

Le couvent est situé à Jérusalem-Est, la partie arabe et majoritairement musulmane de la ville. « À chaque fois, je suis à nouveau émue à quel point Jérusalem est considérée comme sainte dans la foi de tant de gens. Nous entendons ici le muezzin qui appelle à la prière, mais aussi les bruits de fête des bar-mitsvah célébrées par les Juifs. Nous souhaiterions tant que règnent la justice et la paix. » Les sœurs vivent en bonne entente avec les musulmans du quartier. « En France, on nous dévisage bizarrement lorsque nous autres moniales sortons dans la rue vêtues de notre habit de Carmélite. Ici, c’est différent. Nous sommes respectées. Après le décès d’une sœur libanaise, nos voisins musulmans nous ont même apporté des fleurs », raconte Sœur Agathe.

150901 karmel_kloostermuurToutefois, malgré les hautes murailles qui entourent le couvent, la réalité en Terre Sainte, souvent marquée par la violence et la haine, n’est pas sans laisser de traces dans la vie des moniales. « Dans notre quartier, les tensions entre Israéliens et Palestiniens sont fréquentes. Directement devant nos portes, les pierres volent alors. Évidemment, cela nous affecte profondément, car nous aimons Jérusalem et la Terre Sainte. À travers nos prières, nous voulons servir la paix en Terre Sainte. »
Cependant, les religieuses ne prient pas seulement pour la Terre Sainte. « Nous nous trouvons ici au centre de l’Église. C’est pourquoi nous prions pour les grandes préoccupations de l’Église et du Saint-Père. » Toutefois, les préoccupations des pèlerins ne sont pas oubliées. « Des visiteurs du monde entier écrivent leurs intentions sur de petits bouts papiers qu’ils déposent dans la grotte où Jésus-Christ a prié avec les apôtres. Nous les reprenons. Une fois par mois, un prêtre célèbre aussi une messe à cet effet », affirme Sœur Agathe.

La communauté internationale

Tombeau de Saint Mariam Baouardy

Tombeau de Saint
Mariam Baouardy

La vie des religieuses carmélites est vouée à la contemplation. « Notre journée est parfaitement réglée. Les horaires de prière commune alternent avec les tâches qui reviennent à chaque sœur. » Celles-ci comprennent la réception des visiteurs, mais aussi la broderie ornementale, le séchage artistique de fleurs, la fabrication de confitures et d’autres spécialités, ainsi que les travaux domestiques. Seize moniales venues du monde entier vivent dans ce couvent. « C’est une bonne taille pour notre groupe. Nous attirons surtout des prétendantes internationales. Mais nous aimerions aussi que plus de sœurs locales nous rejoignent », dit la religieuse. « Nous espérons que la canonisation de notre consœur palestinienne Mariam Bawardi d’Ibillin, qui s’est déroulée en mai de cette année, nous vaudra un regain d’attention en Terre Sainte. »

L’Aide à l’Église en Détresse a alloué 21 500 euros pour la rénovation de l’entrée principale du couvent carmélite du Pater Noster à Jérusalem.

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation