SYRIE : La crainte de l’hiver

FacebookTwitterGoogle+

Par Oliver Maksan

« L’Aide à l’Église en Détresse » soutient les réfugiés chrétiens en Syrie

P. Andrzej Halemba avec des habitants de Marmita

P. Andrzej Halemba avec des habitants de Marmita

Königstein, 7/9/2015. Chez les chrétiens en Syrie, l’augmentation du nombre de réfugiés venus du Proche-Orient accueillis par l’Union européenne éveille de plus en plus le souhait d’émigrer, comme l’a affirmé le Père Andrzej Halemba, responsable du département du Proche-Orient de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « l’Aide à l’Église en Détresse »(AED) lors d’une visite effectuée sur le site d’un projet en Syrie. « Les débats menés en Europe sont également perçus ici. Voilà pourquoi beaucoup de gens veulent partir, particulièrement les chrétiens.On m’a souvent demandé si je pouvais les aider lors de cette démarche d’émigration, par exemple pour un départ en Allemagne. Mais l’objectif de notre travail est de permettre aux gens d’envisager leur avenir dans leur propre pays.»

Un avenir incertain

150908 syrie_marmita_thankyouCette année, le Père Halemba s’est rendu à de multiples reprises dans ce pays dévasté par la guerre. « Après plusieurs visites effectuées depuis le début de l’année, j’ai l’impression que la peur face à une instabilité encore plus grande en Syrie s’accroît. Les succès militaires de l’État islamique sèment la terreur, surtout parmi les communautés des chrétiens. L’avenir de la métropole d’Alep, où vivent toujours de nombreux chrétiens, est incertain. »
Le Père Halemba a positivement souligné les activités des partenaires de projet soutenus sur place par l’AED. « Ils travaillent de manière de plus en plus efficace et coordonnée, pour le bien de la population, qui le reconnaît d’ailleurs bien. Lors de mon récent séjour dans la ville chrétienne de Marmarita, à proximité de la frontière libanaise, les gens ont manifesté une immense reconnaissance pour l’aide qui a été rendue possible grâce à nos bienfaiteurs. Ils ont dit que c’est grâce à nos bienfaiteurs qu’ils survivent. Un garçon que j’ai rencontré m’a parlé en arabe, il ne m’a dit qu’un seul mot : shukran, merci. Nous avons tous été très émus. Les larmes aux yeux, une vieille femme m’a demandé de continuer à aider les chrétiens de Syrie afin qu’ils puissent rester. »

L’équipe de bénévoles

150908 syrie_marmita_vrijwilligersMarmarita héberge actuellement de nombreux déplacés internes, autant des chrétiens que des musulmans. « La ville est pleine à craquer. Il y a presque plus de locaux disponibles pour loger les réfugiés », affirme le Père Halemba. La jeune dentiste Sana (nom modifié) dirige à Marmarita une équipe de bénévoles soutenue par l’AED. « Marmarita es sûre. Nous n’entendons ici ni bombes ni explosions. Mais entre-temps, la vie est devenue très chère et les gens ne trouvent que peu de travail ici. C’est pourquoi nos activités mettent l’accent sur les aides pour payer le loyer, mais aussi sur les soins médicaux et les bourses d’études scolaires. Actuellement, quelque 300 familles bénéficient d’aide au logement. Environ 140 étudiants perçoivent des allocations de transport pour se rendre à leurs universités dont certaines sont situées loin d’ici. »
La chrétienne catholique syriaque Sana continue d’expliquer qu’elle compatit profondément aux destins individuels des réfugiés. « Nous apportons notre aide à une famille qui a perdu un enfant lors d’une explosion à Damas. Maintenant, leur deuxième enfant est atteint de cancer. Il lui faut d’urgence un traitement médical. » Sana a aussi été très émue par le destin d’une jeune mère qui a également perdu son mari à cause d’une explosion à Damas. « Elle se débrouille maintenant avec deux petits enfants. Et pourtant, au sein de notre équipe de bénévoles, elle trouve encore la force d’aider d’autres réfugiés. Voilà un véritable exemple de charité chrétienne. »

Une aide pour l’hiver est nécessaire

150908 syrie_marmita_kerkLe Père Halemba a souligné qu’en sus de l’aide humanitaire, le soutien de projets pastoraux était également important pour l’AED. « Dans la ville de Qousseir, notamment, nous avons contribué à rénover une église détruite par les djihadistes. Aujourd’hui, elle peut à nouveau être utilisée pour célébrer la messe. Cela rend aux gens l’espoir que la vie continue. L’Église doit donner aux gens le pain d’une main, et la Bible de l’autre. Les gens ont autant besoin de soutien matériel que de soutien spirituel. » Toutefois, le Père Halemba redoute surtout l’approche de l’hiver. Le carburant et le gaz sont rares en Syrie et très chers. Mais c’est ce que les gens utilisent pour se chauffer. L’année dernière, une cinquantaine de personnes sont mortes à cause du froid. Nous devrons donc accorder une attention particulière à l’aide en hiver. »
Depuis que la guerre en Syrie s’est déclenchée il y a quatre ans, l’Aide à l’Église en Détresse a soutenu la population de ce pays en allouant plus de 8 millions d’euros. Actuellement, l’œuvre soutient en plus de 140 projets humanitaires et pastoraux.

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation