Syrie « Je vous en supplie, priez pour les personnes kidnappées et pour leurs ravisseurs »

FacebookTwitterGoogle+

Après l’enlèvement de douzaines de chrétiens par l’organisation terroriste État islamique, l’inquiétude est grande en Syrie

Homs/Königstein, le 10/08/2015. « Nous ne savons pas ce que Daesh veut faire des otages », a dit le religieux syriaque-catholique P. Jihad Youssef lors d’un entretien accordé dimanche à l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « l’Aide à l’Église en Détresse » (AED). La ville syrienne de Qaryatayn, près de Homs, avait été conquise jeudi dernier par les milices terroristes de l’État islamique (EI). Les djihadistes ont alors capturé de nombreux chrétiens et musulmans et les ont pris en otage. « Est-ce que l’État islamique veut négocier et libérer ces gens ou les tuer ? Nous l’ignorons. Normalement, Daesh laisse trois possibilités aux chrétiens. Soit, ils payent la djizîa, l’impôt de capitation, soit ils se convertissent à l’islam ou alors ils doivent quitter la ville. Cette dernière possibilité ne s’est visiblement pas produite, sinon les chrétiens seraient déjà partis », assure le P. Jihad Youssef.

Monastère de Mar Moussa près  de Homs.

Monastère de Mar Moussa près
de Homs.

Le religieux a poursuivi ses explications en disant qu’il n’était pas clair combien de chrétiens se trouvaient aux mains de l’État islamique. « Des rapports évoquant qu’il pourrait éventuellement s’agir de 160 personnes semblent raisonnables. C’est à peu près le nombre de chrétiens qui avaient persévéré jusqu’à présent à Qaryatayn. Mais nous ne savons pas si tous les chrétiens qui étaient restés dans la ville ont été pris en otage par Daesh, ou si certains restent cachés. Fin de la semaine, une trentaine de chrétiens sont parvenus à s’enfuir de la ville. Certains d’entre eux sont bergers et connaissent bien la région. Ils se sont enfuis à Homs », ajoute le religieux. Actuellement, les deux évêques syriaque-orthodoxe et syriaque-catholique de Homs s’efforcent de trouver une solution au problème par l’intermédiaire de contacts, ajoute le P. Jihad Youssef.
Celui – ci appartient à la communauté monastique catholique de Deir Mar Musa, qui entretient un monastère à Qaryatayn. « Il y reste encore toujours quelques laïcs qui travaillent pour nous. L’un d’eux nous a informés récemment par WhatsApp qu’ils allaient bien et que l’État islamique n’avait pas encore occupé notre monastère de Saint Élie. Mais maintenant, nous n’avons plus aucun contact avec cet endroit, par téléphone non plus. C’est pour cela que nous ne savons pas si notre monastère est occupé par Daesh ou pas, et que nous ignorons comment vont nos collaborateurs ou les otages. »

Très grande inquiétude150811 syrie_eucharistie

Fin mai, un confrère du P. Jihad Youssef, le P. Jacques Mourad, avait été enlevé à Qaryatayn en même temps que le diacre Boutros. « Nous n’avons aucune information sur le P. Jacques Mourad, nous ignorons comment il va et où il est », déplore le P. Jihad Youssef. « Nous avons tout essayé. Je ne sais pas comment les récents événements qui se sont produits à Qaryatayn influenceront la situation de nos confrères. S’ils trouvent une solution pour tous les otages, peut-être qu’elle inclura aussi le P. Jacques Mourad et le diacre Boutros. » Selon le P. Jihad Youssef, le P. Jacques Mourad a été enlevé parce qu’il s’est efforcé d’encourager le dialogue et la coexistence des chrétiens et des musulmans. « De longues années durant, il a jeté des ponts entre les religions. Ses efforts ont maintenant porté leurs fruits pendant la guerre. » Le P. Jacques Mourad s’est engagé dans le monastère de Saint Élie pour les personnes souffrant des conséquences de la guerre syrienne. Il a accordé une valeur particulière aux projets de reconstruction afin que les gens puissent retourner vivre dans leurs maisons précédemment détruites lors des combats. Mais le suivi psychologique des gens pendant la guerre et d’autres aides d’urgence humanitaire étaient aussi très important pour lui. Le travail du P. Jacques Mourad bénéficiait depuis des années de l’aide de l’AED.

Le P. Jihad Youssef poursuit en disant qu’à présent, la peur est grande en Syrie après ces enlèvements. « Les chrétiens dans les localités à proximité de Qarytayn ont particulièrement peur. Beaucoup de gens envisagent d’abandonner leurs villages ou même le pays. La peur augmente. »

Appel à la prière11-10

Le religieux a aussi remercié l’Aide à l’Église en Détresse de son soutien. « L’AED a tant fait pour nous, surtout à Qaryatayn. De tout mon cœur, je remercie les généreux donateurs. Maintenant, je les supplie en particulier de prier pour nos confrères kidnappés et pour les otages de Qaryatayn. Puisse Dieu transformer les cœurs des ravisseurs, afin qu’ils fassent preuve de clémence face à leurs otages. »

Cet appel à la prière a touché le fond du cœur de l’Église catholique de Belgique.

A la demande des évêques de Belgique et en signe de soutien fraternel aux chrétiens d’Orient, il est demandé de faire sonner les cloches des églises des paroisses et chapelles ce samedi 15 août 2015 à 12 heures, durant une minute. Les évêques demandent aussi que lors de toutes les célébrations du 15 aout, fête de l’Assomption de Marie, une prière fervente s’élève de nos cœurs, au moment de la prière universelle, pour la paix au Moyen-Orient et en particulier en Irak et en Syrie.

L’œuvre de bienfaisance « l’Aide à l’Église en Détresse » est particulièrement active au Proche-Orient. Depuis fin 2011, plus de 12 millions d’euros ont été accordés pour aider les chrétiens en Syrie et en Irak. Récemment, l’AED a alloué plus de deux millions d’euros pour l’aide humanitaire en Syrie.

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation