Soudan du Sud : « Des gens sont en train de mourir tandis que nous parlons »

FacebookTwitterGoogle+

L’Église déplore le désastre humanitaire au Soudan du Sud – les conflits tribaux font fuir des milliers de personnes

Victime des violences tribales

Victime des violences tribales

Königstein, 11.11.2015. Dans un dramatique appel à l’aide, des chefs religieux du Soudan du Sud se sont adressés à l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « L’Aide à l’Église en détresse » (AED). Après avoir pris la fuite à cause des violents combats, les habitants de la région de Mundri doivent maintenant vivre dans des circonstances catastrophiques, comme les chefs religieux catholiques, protestants et musulmans le relatent dans leur appel. Selon eux, des milliers de vies humaines sont menacées. « Tandis que nous parlons, des gens sont en train de mourir, surtout des enfants et des personnes âgées. Au cours des deux derniers mois, plus de 80 000 personnes ont été obligées de vivre dans la brousse et la jungle. Les femmes et les enfants sont les plus touchés. Si l’aide n’arrive pas très rapidement, ils sont exposés à diverses épidémies et à la famine », ont déclaré les chefs religieux après une visite effectuée dans la région en crise. Ils ont lancé un appel à la cessation immédiate de toutes les activités militaires dans la région de Mundri afin que les déplacés puissent bénéficier d’aide humanitaire.

Le peuple exposés à une misère indicible

Le Père David Kulandai Samy, membre de la Communauté des Missionnaires de Marie Immaculée (MMI), qui travaille dans la région concernée, a également lancé un appel à l’aide face à l’AED. « Les membres de notre paroisse qui se sont enfuis dans la brousse sont exposés à une misère indicible. Les enfants souffrent particulièrement. Ils n’ont ni nourriture, ni eau potable, ni soins médicaux. Les champs des villageois ont été détruits, tous leurs biens, y compris leur bétail, ont été volés », raconte le religieux, dont la communauté s’est mise au service de la population de cette région depuis 2012 pour y assurer des activités pastorales et humanitaires. Lui-même n’est parvenu qu’au péril de sa vie à fuir les combats qui y ont sévi. « Avec la grâce de Dieu, nous avons pu échapper de justesse aux coups de feu. Nous remercions Dieu d’avoir pu survivre jusqu’à aujourd’hui », assure le Père Kulandai Samy.

Comme il le raconte, les combats tribaux dans la région forment la trame du conflit qui a éclaté il y a quelques semaines, en septembre, lorsque neuf guerriers du peuple dinka ont été tués. Des soldats du gouvernement sont alors venus dans la région et ont ouvert le feu sur les membres de la tribu des Moru. Des guerriers moru, en revanche, ont alors attaqué des Dinka. Suite aux affrontements ethniques, de nombreuses familles catholiques ont été obligées de fuir leurs habitations et de chercher refuge dans des institutions de l’Église. Mais rapidement, celles-ci ont également été affectées par l’intervention de l’armée. Selon le Père Kulandai Samy, des hélicoptères de combat ont été mis en œuvre. Beaucoup de gens sont donc morts lors des combats et des milliers se sont enfuis dans la brousse.

Appel à la prière

À présent, dans son entretien avec l’Aide Église en Détresse, le Père Kulandai Samy appelle à la prière en faveur de ces personnes dans la détresse. « Nous y retournerions dès que la situation se sera normalisée, afin d’aider les familles catholiques dispersées et d’autres groupes tribaux. Nous vous demandons de prier pour nous et pour nos gens, exposés à cette misère indicible et à ces circonstances tellement dures. »
Depuis de nombreuses décennies, « l’Aide à l’Église en Détresse » apporte son soutien à l’Église au Soudan et au Soudan du Sud. En 2014, l’œuvre avait accordé presque un million d’euros à des projets menés dans les deux pays. En sus des activités pastorales, l’AED avait aussi fourni une aide d’urgence pour épauler l’Église locale dans ses activités en faveur des réfugiés et d’autres personnes touchées par la guerre.

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation