Véhicule tout-terrain pour la pastorale du nouveau diocèse en Éthiopie

FacebookTwitterGoogle+

150924 ethiopieBeaucoup de touristes étrangers vont à Bahir Dar, dans le nord-ouest de l’Ethiopie. Dans cette troisième plus grande ville du pays, non seulement on peut passer ses vacances sur le lac de Tana, à l’ombre des arbres en fleurs, et admirer les pélicans et hippopotames lors d’excursions en bateau, ou encore les sources du Nil bleu, mais on peut aussi admirer d’anciens monastères. L’Empereur Hailé Sélassié y possédait un palais.

Porter des patients sur des civières en bois

Mais à peine à quelques kilomètres de Bahir Dar commence un autre monde. Les huttes le long du chemin sont de plus en plus misérables, les enfants promènent des chèvres dans la rue, de petits ânes tirent des charrettes en bois remplies de bois de chauffage, de sacs de charbon ou de foin. Des troupeaux d’ânes transportant des bidons jaunes remplis d’eau le long de la route, parce qu’ici il n’y a pas d’eau courante. On peut voir de petits groupes d’individus qui amènent des malades en ville, à la clinique, sur des civières en bois et en paille sous une chaleur torride. Il est souvent trop tard quand ils arrivent.

Les prêtres sont obligés de parcourir de très longues distances pour rejoindre leurs fidèles.

Des jeunes dans un jeune diocèse

Des jeunes dans un jeune diocèse

Plus on est loin de la ville, plus les routes sont impraticables. Puis on arrive dans la région de Benishangul-Gumaz, l’une des régions les plus pauvres et les plus abandonnées du pays. Elle se situe à la frontière avec le Soudan. Près de 990.000 personnes vivent ici. Un peu plus d’un cinquième d’entre elles font partie de l’ethnie des Gumuz. À la fin du 19ème siècle ainsi que pendant le premier tiers du 20ème siècle, de nombreux Gumuz ont été victimes des marchands d’esclaves. Aujourd’hui, ils vivent encore comme chasseurs et cueilleurs. Ils accueillent volontiers la Bonne Nouvelle quand l’Église vient à eux, parce que la Bonne Nouvelle les libère des conceptions traditionnelles qui leur font peur. Ainsi, par exemple, leur peur de la sorcellerie est grande. Mais ces gens ont en même temps besoin d’une aide concrète, car pour eux il n’y a ni soins de santé, ni école, ni aucune infrastructure. L’Église les aide aussi en cela. La pastorale et l’aide au développement vont de pair.

Véhicule tout-terrain pour le diocèse

L’Église catholique a créé le diocèse de Bahir Dar Dessi cette année. Il compte vingt paroisses et environ 40 stations extérieures, c’est-à-dire des villages où la messe est célébrée dans des chapelles. Les prêtres sont obligés de parcourir de très longues distances pour rejoindre leurs fidèles. Les dimanches, ils doivent célébrer la messe dans plusieurs localités, mais de nombreux chemins se transforment en énormes flaques de boue pendant la saison des pluies. Il est impossible de passer sans une quatre roues motrices, mais pour l’instant, ce très jeune diocèse ne détient pas ce genre de voiture pour la pastorale des zones reculées.
« L’Aide à l’Église en Détresse » a donc promis 25.000 euros pour l’achat d’un véhicule tout-terrain pour la pastorale.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’AED. Communication sur votre virement: Code: 118-08-29

FacebookTwitterGoogle+

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

FacebookTwitterGoogle+

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation