Tchéquie : Transformation d’un bâtiment en cloître pour la Communauté du « Chemin Neuf »

FacebookTwitterGoogle+

Le 17 mai 2017, le Cardinal Miloslav Vlk, ancien archevêque de Prague, aurait célébré son 85ème anniversaire. Il est mort il y a seulement deux mois. Quelques heures avant sa mort, il murmura : « le plus beau roi ». Quand on lui demanda à qui il pensait, il répondit : « à Jésus sur la Croix ». Ce furent ses derniers mots.

Embrasser la Croix et avec elle le crucifié ne furent pas de vains mots dans sa vie. A l’époque où l’Église était persécutée par les communistes dans l’ex-Tchécoslovaquie, il a dû attendre plusieurs années avant d’avoir le droit d’aller à l’université, parce qu’il avait refusé de devenir membre de l’association de la jeunesse communiste. Après avoir obtenu son baccalauréat, il a attendu au total 17 ans avant d’être ordonné prêtre, sans même savoir si ce jour arriverait. Alors qu’il était déjà prêtre et curé, et avait travaillé comme secrétaire de son évêque, le gouvernement lui a interdit pendant onze ans d’exercer comme prêtre. Pendant ce temps, il gagnait sa vie comme laveur de fenêtres et comme archiviste, et exerçait son ministère sacerdotal dans le secret. Il n’a cessé de répéter à quel point il lui a été difficile de faire ce sacrifice. Pourtant, il a pu dire : « J’ai découvert que cette croix avait davantage servi à ma guérison et à celle des autres que si j’étais encore resté pendant quelques années le secrétaire de l’évêque. (…) L’époque où je lavais les fenêtres a été la plus bénie de ma vie. J’ai compris que je vivais mon sacerdoce en plénitude ».

« Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève quand le moment sera venu » (1 Pierre 5,6). Ces mots ont accompagné Miloslav Vlk comme un leitmotiv pendant sa vie. Il les a entendus alors qu’il était jeune homme, se sentait appelé à la prêtrise, et ne voyait aucun moyen d’atteindre cet objectif. Quand il a été nommé cardinal en 1994, il a été ébranlé en entendant à nouveau ces paroles de l’épître de Pierre, qui s’étaient littéralement réalisées dans sa vie.

Le 25 mars 2017, il a été enterré dans la cathédrale Saint Guy de Prague. Des centaines d’évêques et de prêtres du monde entier et des milliers d’habitants de Prague et de toute la République tchèque lui ont rendu un dernier hommage. Il a été enterré dans l’église principale de la République tchèque, là où les rois tchèques avaient été couronnés et enterrés. Mais son Roi était le Christ, le crucifié. Alors que son cercueil était descendu sous une dalle, on pouvait entendre un chant entonné dans la cathédrale bondée : « Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat » (le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande). Quand le cardinal murmura ses dernières paroles, il avait à l’esprit ce roi qui l’avait laissé participer pendant sa vie à ses souffrances et à sa solitude, et qui le relevait maintenant.

Le plus grand désir du Cardinal était de réveiller l’amour pour le Christ en République tchèque. Après le communisme, c’était un défi de taille. Le Cardinal Miloslav Vlk était un ami de longue date de « l’Aide à l’Église en détresse ». À l’aide que notre Œuvre lui avait accordée pour la reconstruction de l’église dans son archevêché de Prague, il avait répondu « dans une autre monnaie – la prière », comme le cardinal le répétait à « l’Aide à l’Église en détresse ».

Mais aujourd’hui encore, il y a beaucoup à faire pour l’Église : de nombreux bâtiments dont l’Église avait été expropriée ne lui ont toujours pas été rendus par le gouvernement, beaucoup sont encore en très mauvais état. Mais ce sont surtout les âmes de la population qu’il faut reconstruire. En effet, la République tchèque est le pays le plus athée d’Europe.

Cependant, la bonne nouvelle est que lorsque les gens voient que la foi est vraiment vécue, il y a des jeunes qui la redécouvrent et demandent le baptême. Ainsi se forment des paroisses dynamiques avec des familles jeunes qui éduquent leurs enfants dans la foi et jettent les bases de l’avenir de l’Église.

La communauté catholique du « Chemin Neuf » s’est installée à Tuchomerice, une localité située non loin de Prague. Cette communauté est très active : elle organise des rencontres pour les adolescents, les jeunes adultes et les couples, des retraites, des groupes de prière et une école biblique. La messe est célébrée chaque jour et il y a les laudes chaque matin. L’adoration eucharistique est également proposée. La maison de la Communauté est également utilisée pour les groupes, si bien que le travail de la Communauté profite non seulement aux habitants du village, mais aussi aux fidèles d’autres parties de l’archidiocèse. La chapelle et la salle à manger ont déjà pu être achevées grâce à l’aide de « l’Aide à l’Église en Détresse ». Seize chambres sont maintenant disponibles, mais les aménagements ne sont pas encore terminés. Nous aimerions fournir une aide de 25.000 Euros.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.

Communication sur votre virement : 430-08-19 Tchéquie

FacebookTwitterGoogle+

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

FacebookTwitterGoogle+

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation