Success Story : Aide à la formation pour 11 séminaristes orthodoxes à Belgorod (Russie)

FacebookTwitterGoogle+

La rencontre historique entre le Pape François et le Patriarche orthodoxe russe Kirill a été une occasion de grande joie pour « l’Aide à l’Église en Détresse ». En effet, l’Œuvre de bienfaisance est déjà engagée depuis presque 25 ans en faveur du dialogue entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe russe. Le Pape Jean-Paul II avait un désir ardent d’aider l’Église orthodoxe russe, après la fin du régime communiste, et de renforcer le dialogue avec elle. Il ne faut pas oublier que l’Église orthodoxe russe est repartie de zéro, en 1991, après l’effondrement de l’URSS. La reconstruction a nécessité des efforts sans précédent. C’est pourquoi le Pape Jean-Paul II avait chargé le Père Werenfried, fondateur de « l’Aide à l’Église en Détresse », d’être aux côtés de l’Église orthodoxe russe, avec une charité active, et à rechercher des voies de dialogue.

Des relations constructives et amicales avec l’Église russe

160418_rusland-3Peter Humeniuk, l’expert de « l’Aide à l’Église en Détresse » en ce qui concerne la Russie, ajoute : « Nous pouvons être reconnaissants d’avoir eu la possibilité de prendre part à la coopération, à différents niveaux, des deux Églises dans la confiance. Nous recevons sans cesse la confirmation, tant du Saint-Siège que de nos partenaires en Russie, que cette voie était la bonne. En janvier 2013, à l’occasion du 10ème anniversaire de la mort et du 100ème anniversaire de la naissance de notre fondateur, le Métropolite Hilarion nous a écrit : « L’Œuvre de bienfaisance Aide à l’Église en Détresse a été la première organisation catholique à parvenir à nouer des relations constructives et amicales avec l’Église russe“. L’actuel patriarche Kirill a déclaré il y a quelques années que notre Œuvre de bienfaisance avait souvent été la seule, y compris pendant les moments difficiles, à servir de lien entre nos Églises. Le Saint-Siège a lui aussi toujours confirmé l’Aide à l’Église en Détresse dans cette mission. Les trois derniers papes ont souhaité spécifiquement cet engagement, et le Cardinal Bertone, quand il était secrétaire d’État, a décrit l’Œuvre de bienfaisance comme un „agent de liaison avec l’Église orthodoxe“. Cette rencontre entre les chefs respectifs des deux Églises a donc naturellement été une confirmation et un encouragement à continuer dans la même voie. »

« L’Aide à l’Église en Détresse » est particulièrement heureuse que de nombreux projets aient donné de bons fruits. Plus qu’un simple transfert d’argent, cette aide représente une amélioration du climat et une édification de la confiance et de l’amitié entre les deux Églises que le Concile Vatican II définit comme des « Églises sœurs ».

Aider des séminaristes en leur permettant de se former

Un bon exemple de ceci est l’aide à la formation des prêtres. Il y a maintenant une nouvelle génération de prêtres et même de jeunes évêques dont la formation a été soutenue par « l’Aide à l’Église en Détresse », et pour lesquels il est normal d’entretenir de bonnes relations avec l’Église catholique. N’oublions pas qu’en Russie les catholiques sont minoritaires, et donc que de nombreux fidèles orthodoxes – et beaucoup de prêtres – n’ont très longtemps pas eu l’occasion d’apprendre à connaître et à apprécier des catholiques. La bonne formation des prêtres et un contact personnel positif contribuent de manière déterminante à abattre les préjugés.

Education grant for 111 students at the seminary in Belgorod for the akad. year 2015/2016Le séminaire de Belgorod est un séminaire orthodoxe que « l’Aide à l’Église en Détresse » soutient déjà depuis sa fondation en 1996. Actuellement, 111 jeunes hommes s’y préparent au sacerdoce. La particularité de ce séminaire est que les prêtres qui y ont été formés sont également envoyés dans les zones les plus reculées et inhospitalières de la Russie, afin de servir comme prêtres en annonçant la Bonne Nouvelle dans des villages reculés qui, en hiver, sont accessibles en traîneau, et en été en marchant sur des routes boueuses.

L’année dernière aussi, « l’Aide à l’Église en Détresse » a soutenu la formation des 111 séminaristes à hauteur de 33.300 euros – c’est-à-dire 300 euros par personne pendant une année entière. Les séminaristes et la direction du séminaire sont reconnaissants pour cette aide fraternelle. Même le Métropolite Ioann de Belgorod et Starooskolsk tient à remercier tous les donateurs, et espère qu’à l’avenir cette bonne coopération continuera.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse. Communication sur votre virement: 427-02-79 Russie

 

FacebookTwitterGoogle+

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

FacebookTwitterGoogle+

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation