République centrafricaine: La catéchèse en langues maternelles

FacebookTwitterGoogle+

La République centrafricaine est un pays qui, dans l’esprit de nombreuses personnes, n’existe pas. Il s’agit d’un pays enclavé de 622.984 kilomètres carrés, situé au cœur de l’Afrique, qui est à peu près aussi grand que l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique et la République tchèque réunis ! Mais avec une population d’environ 4,5 millions d’habitants, ce pays n’est que peu peuplé.

L’État joue un rôle très minime dans la vie de chaque jour

Pendant les 55 années qui ont suivi son indépendance, le sort du pays s’est caractérisé par une incessante série de coups d’État et de troubles. Une chose s’est maintenue, sous tous les gouvernements : bien que le pays dispose de ressources minières telles que l’or et les diamants et de gisements d’uranium, c’est l’un des pays les plus pauvres et sous-développés au monde. Il occupe la 180ème place sur 186 dans l’indice de développement humain.

Le gouvernement n’investit pratiquement pas d’argent dans l’éducation ni dans les soins de santé ou les infrastructures, et c’est surtout l’Église qui s’occupe des besoins de la population.

Une église jeune au service du peuple 1508 car_eerste_communie

Pourtant, l’Église catholique est jeune dans le pays : ce n’est que le 17 avril 1894 que la première messe a été célébrée sur le territoire de l’actuelle capitale Bangui. Aujourd’hui, la population est chrétienne à 66 pourcents. Environ la moitié de ces chrétiens sont catholiques. Les musulmans sont 15 pourcents. Le reste de la population appartient aux religions traditionnelles africaines.

La tâche la plus importante de l’Église consiste à annoncer la Bonne Nouvelle. Après les terribles excès de violence des deux dernières années, qui ont plongé le pays dans le chaos, la situation s’est actuellement quelque peu calmée. Maintenant, il s’agit de reconstruire. Cependant, cette reconstruction ne peut pas avoir lieu seulement extérieurement, elle concerne aussi les cœurs et les âmes des gens.

Les croyances à la sorcellerie et aux autres pratiques occultes

P. Marcello Bartolomei  (à gauche)

P. Marcello Bartolomei
(à gauche)

Le Père carme italien Marcello Bartolomei a particulièrement à cœur la catéchèse. En effet, beaucoup de jeunes et d’adultes se préparent au baptême, et les fidèles déjà baptisés ont également besoin d’instruction religieuse pour affermir et enraciner leur foi. Certaines idées traditionnelles sont difficiles à surmonter. Par exemple, la foi dans la sorcellerie est très répandue, et même les chrétiens ont souvent de la difficulté à s’en débarrasser complètement. Dans l’esprit de nombreuses personnes, il n’y a pas d’explication naturelle à la mort, la maladie ou aux catastrophes naturelles. Les gens sont toujours à la recherche d’un coupable censé avoir causé un accident par la sorcellerie. L’Église doit aider les gens à comprendre vraiment et à vivre l’Évangile du Christ.

Investissemnt dans l’amélioration du matériel catéchétique

Baptême en RCA

Baptême en RCA

À l’occasion de l’année de la foi qui avait été proclamée par le Pape Benoît XVI en 2012/2013, le Père Marcello Bartolomei a ressenti la nécessité d’améliorer le matériel catéchétique. Un catéchisme pour les enfants, les jeunes et les adultes avait déjà été édité dans la langue nationale, le Sango, en 1963. Il fallait qu’il paraisse maintenant dans une nouvelle édition remaniée. « Il se compose de questions et réponses avec des explications, et est très précieux pour la préparation aux sacrements, en particulier pour nos catéchistes qui interviennent en paroisse dans la brousse », dit le Père Marcello. 1.000 exemplaires de cet ouvrage doivent être imprimés. En outre, le Père a élaboré un résumé du « Catéchisme de l’Église catholique » en Sango, qui contient toute la doctrine de l’Église. Il expose à titre complémentaire des sujets qui sont d’une particulière importance pour l’Église dans le cadre de la République centrafricaine. Ce livre doit être imprimé en 400 exemplaires. « L’Aide à l’Église en Détresse » soutient l’impression des deux livres de catéchisme à hauteur de 5.800 Euros.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’AED. Communication sur votre virement: République centrafricaine – 142-01-89

 

FacebookTwitterGoogle+

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

FacebookTwitterGoogle+

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation