Guinée: Aide à la construction d’un nouveau dortoir pour le séminaire de Conakry

FacebookTwitterGoogle+

La Guinée est un pays majoritairement musulman. Environ 85 pourcents des 11,6 millions d‘habitants sont de confession islamique. Les chrétiens ne représentent qu’une minorité de 8 pourcents. Le reste de la population est adepte de religions traditionnelles africaines.

Cependant, ce pays d’Afrique de l’ouest a été fortement marqué par le régime politique qui l’a dominé entre 1958 et 1984. Quand le dictateur Ahmed Sekou Touré est décédé en 1984, le journal sénégalais « Le Soleil » a évoqué la fin de la « plus mortelle et plus longue dictature du continent ». La torture et les exécutions étaient à l’ordre du jour, des milliers de personnes ont disparu sans laisser de trace. L’Église, qui a résisté, a été réduite au silence. L’ancien archevêque de Conakry, Mgr. Raymond-Maria Tchidimbo, a été en prison pendant près de neuf ans et a subi la torture. Son successeur, le Cardinal Robert Sarah, qui est membre de la curie, figurait sur la liste des condamnés à mort du dictateur, qui est cependant décédé avant de pouvoir exécuter son projet.

 L’Église catholique n’a guère pu se développer pendant les années de dictature. Elle n’a actuellement que trois diocèses. Pendant longtemps, les séminaristes ont dû étudier au Sénégal et au Mali, pays voisins. Cependant, l’Église catholique dispose désormais de son propre séminaire à Kendoumaya, dans l’archevêché de Conakry. Il est entré en fonction pour l’année académique 2012/2013. Il porte le nom du Pape Benoît XVI et accueille les futurs prêtres venus des trois diocèses du pays. En 2014, l’épidémie d’Ebola a causé un contretemps. Cette année-là, l’année scolaire n’a pu commencer qu’avec plusieurs mois de retard. Mais même ce défi a été remporté par le jeune séminaire.

« L’Aide à l’Église en Détresse » a fortement soutenu la création du séminaire. Toutefois, jusqu’à présent, les séminaristes n’ont pu étudier que la philosophie. Pour étudier la théologie, ils doivent encore aujourd’hui se rendre à Bamako (Mali). Cependant cela devrait changer, c’est pourquoi « l’Aide à l’Église en Détresse » contribue également à l’agrandissement du séminaire. Avec 40.000 euros, nous aidons à la construction d’un dortoir pour les étudiants en théologie. Nous soutenons également la formation de 69 séminaristes à hauteur de 30.000 euros.

Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.

Communication sur votre virement: 122-02-19 Guinée

FacebookTwitterGoogle+

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

FacebookTwitterGoogle+

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation