Plaine de Ninive : quand les prêtres se font ingénieurs

FacebookTwitterGoogle+

Don Georges Jahola (Église syro-catholique) et Don Salar Boudagh (Église chaldéenne) sont responsables de la reconstruction de plusieurs villages chrétiens de la plaine de Ninive.

Il arrive que les prêtres doivent parfois s’improviser dans d’autres rôles : éducateurs, parents, conseillers, enseignants, même entraîneurs. En Irak – où l’État Islamique autoproclamé a endommagé ou détruit près de 13.000 maisons de familles chrétiennes sur la plaine de Ninive – ils sont obligés d’endosser le costume d’ingénieur et de géomètre s’ils veulent voir un jour leurs fidèles revenir dans leurs villages d’origine.

Les plans d’architecte prennent ainsi souvent la place de la soutane, et les prêtres, après avoir célébré la messe, prennent le téléphone pour commander des fournitures électriques, cadres de fenêtres, sanitaires et autres matériaux de construction. « Ici en Irak, si l’Église ne fait pas ces choses-là, qui les fera ? Nous avons les compétences, les capacités de dialogue et de contact », dit Don Georges Jahola, prêtre syro-catholique originaire de Baghdeda (Karakosh) et membre de la « Commission de Reconstruction de Ninive » (CRN), une commission voulue par « l’Aide à l’Église en Détresse », et dont la mission est de planifier la reconstruction des milliers de maisons de chrétiens détruites par l’État Islamique.

À Baghdeda, les maisons des chrétiens syro-catholiques qu’il faut reconstruire sont 6.327 (dont 108 complètement détruites) ; celles des chrétiens syro-orthodoxes sont 400 (seulement 7 totalement détruites). Mais l’enthousiasme et les compétences ne manquent pas. « Après la libération, du 11 novembre au 3 décembre 2016 – explique Don Jahola – nous avons photographié 6.000 maisons à Baghdeda, en l’espace de 15 jours ouvrables. Nous les avons divisées par secteurs et cartographiées, établissant le degré de détérioration de chacune. Il y a des maisons très endommagées ou détruites qui seront complètement refaites, des maisons incendiées ou touchées par un missile, qu’il est possible de restaurer ; enfin, il y a des maisons partiellement endommagées qui peuvent être réparées par des interventions minimes. Nous avons commencé avec une équipe de 20 ingénieurs bénévoles. Maintenant, j’en ai 40 à disposition, et les ouvriers prêts à commencer à travailler sont environ 2.000. Nous sommes optimistes : le rattachement au réseau d’électricité s’étend lentement à toute la ville. »

Les premières interventions se concentrent dans les villages où l’État Islamique a séjourné pendant de courtes périodes sans causer trop de dégâts. « Nous avons commencé à reconstruire Telleskof et Bakofa parce que les dommages subis par les maisons n’y étaient pas trop graves, contrairement à Badnaya où 80 pourcents des maisons sont détruites », explique Don Salar Boudagh, 35 ans, vicaire général du diocèse chaldéen d’Alqosh, membre du CRN et responsable de la reconstruction de la plaine de Ninive, qui comprend cinq villages de chrétiens chaldéens: Telleskof , Bakofa, Badnaya, Telkef de la partie orientale, et Karamless qui se trouve dans la partie occidentale de la plaine de Ninive.

« Avant l’arrivée de l’État Islamique – ajoute Don Salar – 1.450 familles vivaient à Telleskof, 110 à Bakofa, 950 à Badnaya, 700 à Telkef et 875 à Karamless. Pour ces familles, la première condition pour regagner leurs villages est la sécurité. Notre région, la partie orientale de la plaine de Ninive, est contrôlée par une force de sécurité chrétienne, Zeravani, qui nous garantit une sécurité à 100 %. Il s’agit d’une milice officielle qui reçoit un salaire du Kurdistan ».

La deuxième condition est de disposer de fonds. Les quelque 13.000 maisons qui ont besoin d’être reconstruites après le passage de l’État Islamique ont été réparties selon un « coefficient de détérioration ». « Il faut 7.000 dollars, explique Don Salar en lisant les données de son téléphone portable, pour restaurer une maison légèrement endommagée. Il faut 25.000 dollars pour une maison incendiée. Pour refaire une maison totalement détruite, il faut 65.000 dollars. Je prie Dieu – conclut Don Salar – que les bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse qui nous ont beaucoup aidés jusqu’à présent continuent de nous aider par tous les moyens, pour restaurer nos maisons et nos villages, pour que les familles puissent retourner chez elles, et pour rétablir le Christianisme dans la terre des prophètes ».

Par Daniele Piccini

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation