Par un vote, le Parlement européen qualifie de génocide les persécutions commises en Syrie et en Irak par l’État Islamique

FacebookTwitterGoogle+

Ce vote a eu lieu ce jeudi le 4 février et ce serait la première étape fondamentale pour obtenir que la communauté internationale agisse.

Königstein (Allemagne), 04.02.2016.- Le Parlement européen a voté en session plénière ce jeudi 4 février une résolution qualifiant d’« actes de génocide », de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre les atrocités commises par le groupe terroriste État Islamique en Syrie et en Irak.
La résolution est le résultat du débat qui a eu lieu le 20 janvier dernier, au cours duquel une grande partie des députés européens ont qualifié de génocide le massacre de minorités religieuses, en particulier chrétiennes et yézidies, dans les pays en question.
genocide 160204_ep2Par ailleurs, le 27 janvier dernier, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté presque à l’unanimité la résolution 2091 (2016) « Combattants étrangers en Syrie et en Irak » dans laquelle il a été reconnu que les « individus qui agissent au nom de l’entité terroriste autoproclamée Daesh […] ont commis des actes de génocide et d’autres crimes graves réprimés par le droit international. »
« L’Assemblée rappelle que le droit international impose aux Etats l’obligation positive de prévenir tout génocide, que les Etats doivent agir sur l’hypothèse que c’est un génocide et par conséquent, de faire tout leur possible pour empêcher leurs propres ressortissants de prendre part à de tels actes. »

genocide 160204_ep3L’eurodéputé suédois Lars Adaktusson, qui a encouragé cette résolution au Parlement européen, a déclaré : « Je suis responsable d’une résolution demandant aux États membres de l’UE de définir les exactions commises contre les chrétiens et les yézidis en tant que génocide, et ainsi d’agir dans le cadre de l’ONU pour élaborer des interventions militaires et humanitaires précises ».
Le 15 décembre 2015, le Parlement lituanien a adopté une résolution sur le génocide des chrétiens et autres minorités religieuses au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Des initiatives similaires sont lancées au Congrès des États-Unis.
Des responsables politiques tels que Hillary Clinton ont utilisé ce terme, déjà utilisé par le Pape François en juillet dernier lorsqu’il a affirmé avec aplomb l’existence d’« un génocide en cours qui doit cesser ». Le temps est donc venu que l’Union européenne et les Nations Unies appellent la réalité par son nom, et soient cohérentes avec les exigences du droit international.

Les implications

Le « crime de génocide » a une définition précise en droit international : il implique des crimes « commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Il est donc évident que les chrétiens et les yézidis en Irak et Syrie sont victimes de génocide.
Le droit international impose aux États et à la communauté internationale l’obligation de prévenir le génocide, de défendre les groupes qui font l’objet de génocide, et de juger et punir les responsables. La tentative, la complicité, le complot ou l’incitation à commettre un génocide sont également punissables. En conséquence, toute personne ou organisation, quelles qu’elles soient – y compris l’Union européenne ou les États-Unis – qui commet, tente de commettre, est complice de génocide, ou y incite, doit être poursuivie pénalement.
La reconnaissance du génocide est donc la première étape fondamentale pour obtenir que la communauté internationale agisse. L’utilisation du terme de génocide n’a pas seulement une forte signification symbolique ; dans la pratique, la communauté internationale est prête à agir quand elle fait face à un génocide déclaré.

fast and pray CarryCross-FacebookCover (3)Aide à l’Église en Détresse soutient l’appel des patriarches de Syrie et d’Irak et lance une campagne internationale de prière: “: Priez et faites carême pour la paix dans notre pays”. Cet appel à la prière sera diffusé dans les médias sociaux en utilisant les hashtags #fastandpray, #carrythecross, #AshWednesday.

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation