« Nous allons prier pour Daech »

FacebookTwitterGoogle+

L’Année sainte de la miséricorde est accueillie avec joie entre l’Irak et le Maroc – Voix catholiques du monde arabe

Par Oliver Maksan

151217 praydordaesh5L’Année sainte de la miséricorde solennellement proclamée par Sa Sainteté le pape François le 8 décembre à Rome est accueillie avec joie par les catholiques du monde arabe, du Maroc à l’Irak. «Aide a l’Église en Détresse» (AED) a contacte ses partenaires dans la région.

Le Père Dankha Issa est un moine de l’ordre chaldéen d’Alqosh. Des centaines de chrétiens déplacés ont cherché refuge dans cette ville lorsque leurs propres villages ont été conquis l’année dernière en été par les djihadistes. Cette ville ancestrale exclusivement chrétienne se situe au nord de l’Irak. À vol d’oiseau, le monastère « Notre-Dame des Semences » d’Alqosh n’est éloigné que d’environ quinze kilomètres du front de Daech. Depuis les montagnes d’Alqosh, la nuit, on peut apercevoir les lumières de Daech.

Reconnaissance envers le Saint Père

Père Dankha Issa et son troupeau.

Père Dankha Issa et son troupeau.

« Nous sommes très reconnaissants à notre Saint-Père d’avoir proclamé l’Année sainte de la miséricorde. C’est une période de grâce pour nous », affirme le prêtre, lui-même obligé l’année dernière en juin de s’enfuir de Mossoul devant les troupes de Daech. « Ce jubilé nous redonne espoir. Espérons donc que cette année éteindra le feu de la haine et apportera la paix. » Pour le Père Dankha Issa, il est important que les chrétiens d’Alqosh ressentent la bonté de Dieu pardonnant tous les péchés. « Cette année, c’est particulièrement la miséricorde de Dieu envers nous autres pécheurs qui nous est rappelée. Dieu nous pardonne. Mais cela signifie aussi que nous devons nous pardonner les uns aux autres, même aux gens de Daech, qui nous ont fait tant de mal. Car en fait, lorsque l’on est chrétien, on doit aussi aimer ses ennemis. » Le Père Dankha Issa est conscient que c’est loin d’être facile. « Sur le plan humain, c’est à peine possible. Mais dans la foi, c’est plus facile. Dieu peut tout.” Le moine espère surtout que les djihadistes se détourneront de la violence. « Bien entendu, nous avons l’espoir que Dieu ouvre et adoucisse le cœur des gens de Daech, afin qu’ils cessent leurs agissements meurtriers. Prions à ce qu’Il chasse de leurs cœurs la haine et la violence et que l’amour y entre. » Cette année également, son monastère veut permettre aux réfugiés de ressentir la miséricorde divine. « Comme par le passé, nous les soutiendrons avec des denrées alimentaires et autres choses. Mais nous voulons en particulier prier ensemble, surtout le Rosaire. Nous sommes les membres souffrant du corps du Christ et nous nous unissons ainsi à l’Église universelle et au pape. »

151217 praydordaesh3L’Année sainte est également célébrée à l’extrême limite occidentale du monde arabe. Certes, le Maroc ne compte que peu de catholiques, dont la plupart sont d’ailleurs des étrangers. Mais ces rares catholiques participent activement à la vie de l’Église universelle, par exemple les sœurs de l’ordre du Carmel à Tanger. « Nous accueillons cette Année sainte avec joie et reconnaissance. C’est une grande grâce que nous souhaitons vivre en communauté avec toute l’Église. Avec notre pauvreté et nos faiblesses, et en pleine conscience de notre nature pécheresse, nous sommes tous en route vers l’étreinte de Notre Père dont nous avons tant besoin », dit Sœur Maria Virtudes à Aide à Église en Détresse. Cette religieuse d’origine espagnole est mère prieure de la communauté des moniales. Celles-ci ont entamé le jubilé par une veillée de prières. « Nous avons imploré le Seigneur présent dans l’Eucharistie, en chantant à tour de rôle l’hymne composée à l’occasion de l’Année sainte, et nous sommes recueillies dans de longs moments d’adoration silencieuse. Avec la Vierge immaculée, nous y étions en communion avec toute l’Église. »

Lors de la réunion de la Conférence épiscopale du 8 octobre 2015, il a été décidé que la collecte de Noël 2015 serait destinée aux chrétiens persécutés au Moyen-Orient et aux réfugiés.
La presse sera informée du montant récolté. Il sera réparti comme suit : 45% pour Caritas International, 45% pour Eglise en Détresse et 10% pour le Comité de soutien aux chrétiens du Moyen-Orient (qui s’occupe de différents projets pour les réfugiés au Liban et en Syrie).

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation