Nigéria : « Ne vous laissez pas égarer par des idées de vengeance ! »

FacebookTwitterGoogle+

L’évêque nigérian Mgr Oliver Dashe Doeme donne le sacrement de la réconciliation à des réfugiés revenus chez eux

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????« C’est à Dieu que reviennent la vengeance et la revanche, pas à nous ». Tel était le message de Mgr Oliver Dashe Doeme, évêque du diocèse nigérian de Maiduguri, alors qu’il voyageait durant la Semaine sainte à travers différentes paroisses dans le nord-est du Nigéria. C’est ce qui ressort d’un rapport sur la visite de l’évêque, et dont dispose l’œuvre internationale de bienfaisance catholique l’Aide à l’Église en Détresse qui s’investit pour les chrétiens persécutés et dans le besoin. Mgr Dashe a lancé un appel aux fidèles de ne pas se laisser égarer par des idées de vengeance. En fin de compte, la vengeance et la revanche aboutiraient au cercle vicieux de la violence et de la guerre. Il a rappelé aux fidèles les valeurs fondamentales de la foi chrétienne, à savoir d’aimer nos ennemis et nos persécuteurs. Selon l’évêque, la guérison spirituelle ne pourrait commencer que si les fidèles pardonnaient ce qui s’est passé et regardaient vers l’avenir avec une grande espérance et confiance.

Les fidèles éprouvaient un immense désir de prier et de se confesser : dans certaines paroisses, l’évêque et les prêtres qui l’accompagnaient ont donné le sacrement de la réconciliation pendant plus de trois heures.

Après qu’une troupe d’intervention de l’armée nigériane, secondée par des soldats venus du Tchad et du Cameroun, ait reconquis au cours des dernières ??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????semaines quelques-unes des localités nigérianes occupées par le groupe terroriste islamiste Boko Haram, les premiers réfugiés ont pu retourner dans leurs villages.

La plupart des fidèles avaient trouvé refuge au Cameroun tout proche. Leur détresse est grande : beaucoup de membres de la paroisse ont perdu la vie, beaucoup d’entre eux sont encore en fuite. Leurs maisons ont été pillées, leurs églises incendiées. Des parents n’ont pas retrouvé leurs enfants. Les personnes âgées n’ayant pas pu s’enfuir ont été assassinées par les terroristes parce qu’elles refusaient de renier leur foi.

Les fidèles revenus chez eux doivent reconstruire leur vie. Dans le cadre de plusieurs messes de réconciliation et de réparation, Mgr Dashe les a encouragés à persévérer dans leur foi – malgré toute la misère qu’ils ont vécue. Il les a invités à suivre l’exemple de Jésus-Christ et de pardonner aux terroristes leurs sacrilèges et leur haine.

Mgr Oliver Dashe Doeme

Mgr Oliver Dashe Doeme

Avec ses quelque 168 millions d’habitants, le Nigéria est considéré comme le pays le plus peuplé d’Afrique. Presque 50 pour cent de la population sont musulmans, l’autre moitié est composée de chrétiens. Le nord du pays comporte 80 pour cent de musulmans, tandis que le sud-est est majoritairement habité de chrétiens. Depuis 2009, le groupe terroriste islamiste Boko Haram avait mené une campagne sanglante dans les trois États fédéraux du nord-est du Nigéria pour y édifier un soi-disant État théocratique islamique. Le diocèse de Maiduguri, qui englobe les États fédéraux de Yobé et de Borno ainsi que la partie nord de l’État d’Adamawa, se situe sur ce territoire. Dans ce plus grand diocèse du nigérian, la détresse est grande : ainsi qu’il ressort de chiffres actuels du diocèse, quelque 5 000 parmi les 125 000 catholiques de l’évêché ont été tués depuis le début des troubles. Toujours selon ces chiffres, 100 000 personnes ont été déplacées, dont 26 des 46 prêtres du diocèse, ainsi que plus de 200 catéchètes et plus de 30 religieuses. À l’heure actuelle, sur les 40 centres paroissiaux, 22 ont été abandonnés et sont occupés par les terroristes. Plus de 350 églises ont été rasées. Les trois quarts des établissements scolaires catholiques ont entre-temps été fermés.

Les évêques nigérians bénéficient du soutien de Sa Sainteté le pape François. Il y a quelques semaines, il les a exhortés à ne pas se??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????? laisser intimider par la terreur propagée par le groupe islamiste Boko Haram. Dans une lettre que le souverain pontife a adressée à la conférence épiscopale du Nigéria, il écrit que les chrétiens autant que les musulmans souffriraient de l’extrémisme religieux dans ce pays africain. Les fondamentalistes se disent religieux, «  mais ils abusent de la religion pour en faire une idéologie soumise à leur intérêt d’exploitation et de mort », écrit le pape François, ajoutant qu’il prierait tous les jours pour le Nigéria.

Le pape a remercié les évêques, prêtres, religieux, religieuses et missionnaires nigérians pour leur engagement en faveur de la paix. Toute forme de violence doit être rejetée. « Ne vous lassez pas de faire le bien », les a  exhortés François pour terminer.

En 2014, l’œuvre internationale de bienfaisance catholique avait soutenu le travail de l’Église catholique du Nigéria, qui comporte au total 56 diocèses, avec plus d’un million d’euros (1 057 357 euros). Ces fonds ont surtout bénéficié aux projets de construction, aux intentions de messe et à la formation des prêtres. Par ailleurs, les paroisses, couvents et monastères nigérians ont reçu de l’argent pour du carburant, pour refaire le plein de véhicules destinés à la pastorale, et pour des machines à hosties. À cause de la très grande détresse dont souffrait le diocèse de Maiduguri, L’Aide à l’Église en Détresse a alloué l’an dernier une aide d’urgence de 45 000 euros pour secourir les personnes déplacées.

//

Du 27 mai au 31 mai Mgr. Oliver Dashe Doeme l’évêque du diocèse de Maiduguri, Nigeria est l’invité de l’AED Belgique. Le mercredi 27 mai, il sera le conférencier principal au Carmes à Gand (Burgstraat 46. Les autres jours, il sera également présent.
Demandez notre programme tél. 016 / 39.50.50 ou info@egliseendetresse.be

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation