Les Serbes quittent leur patrie : « Maintenant, ce sont les gens dans la force de l’âge qui partent, ceux entrent 40 et 50 ans »

FacebookTwitterGoogle+
Mgr Ladislav Nemet, évêque catholique  de Zrenjanin

Mgr Ladislav Nemet,
évêque catholique
de Zrenjanin

ACN, Königstein, le 24 mars 2015. « La Serbie s’est visiblement appauvrie. C’est pourquoi beaucoup de gens ont perdu tout espoir. Maintenant, ce sont les hommes et les femmes dans la force de l’âge qui partent, ceux entrent 40 et 50 ans. »

C’est par ces paroles que Mgr Ladislav Nemet, évêque catholique de Zrenjanin, décrit la situation actuelle en Serbie. Lors d’une visite auprès de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « L’Aide à l’Église en Détresse », Mgr Nemet poursuit ses explications : « Mener des guerres coûte beaucoup d’argent, mais être bombardé coûte encore plus cher. De longues années de sanctions internationales et les dommages causés par les bombardements de l’OTAN en 1999 qui, jusqu’à présent, n’ont toujours pas été éliminés, ont lourdement affecté le fondement économique, surtout l’industrie et l’infrastructure de transport. La Serbie est retombée au moins 50 ans en arrière. »

Selon l’évêque, ce pays d’Europe du Sud-est avait subi sa première vague d’émigration en 1991. À l’époque, c’était surtout les jeunes Serbes qui ne voulaient pas être enrôlés dans la guerre qui préféraient partir. La deuxième vague d’émigration s’est déclenchée après les bombardements de 1999. Selon le recensement de 2011, la Serbie compte actuellement 7,16 millions d’habitants. Selon les indications de la Banque mondiale, le pays a perdu environ 300 000 habitants au cours des dix dernières années.

L’Église ressent aussi les conséquences de cette émigration. « Le diocèse de Zrenjanin, en Voïvodine, dans le nord de la Serbie, compte aujourd’hui 65 000 fidèles. En 1991, ils étaient encore 99 000 », poursuit Mgr Nemet. Comme de nombreux fidèles de Voïvodine ont des racines Hongroises, Roumaines, Croates ou Allemandes, il leur est relativement facile de déménager dans un pays de l’Union européenne. Selon l’évêque, la plupart des Serbes émigrent en Autriche, en Allemagne et aux États-Unis. À l’échelle mondiale, Chicago peut donc « déjà être considérée comme la deuxième plus grande communauté serbe après Belgrade. »

« L’Aide à l’Église en détresse » soutient depuis des années le travail pastoral des Églises catholique et catholique-grecque dans les cinq diocèses serbes – la pastorale dans la diaspora. En 2014, les fonds de soutien étaient surtout destinés aux programmes pastoraux pour les enfants et les adolescents, aux projets de rénovation et de construction, à l’élimination des dommages causés par les inondations, aux intentions de messe pour la subsistance des aumôniers et à l’achat d’automobiles pour assurer la pastorale dans les régions de la diaspora.

Een nieuwe auto voor de Grieks-katholieke parochie Vrbas

Une nouvelle voiture pour la paroisse grecque-catholique Vrbas

Église paroissiale de Sajani dans le diocèse de Zrenjanin

Église paroissiale de Sajani
dans le diocèse de Zrenjanin

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation