Les enfants prient pour la paix dans le monde en 2017

FacebookTwitterGoogle+

L’initiative « Un million d’enfants prient le Rosaire » a rencontré un large écho partout dans le monde. L’an dernier, des enfants ont participé à l’initiative de prière dans 69 pays. C’est pourquoi nous vous invitons, cette année encore, à prendre part à cette initiative au cours de laquelle les enfants de tous les continents prieront le Rosaire pour la paix dans le monde le 18 octobre 2017 à 9h00 (ou à un autre moment qui conviendra mieux).

En cette année 2017, qui est justement le 100ème anniversaire des apparitions de la Reine du Rosaire de Fatima, nous ne pouvons rien faire de mieux pour la paix dans le monde que de prendre à nouveau au sérieux le message du ciel. Quand le Pape émérite Benoît XVI s’est rendu en pèlerinage à Fatima le 13 mai 2010, il a dit dans son sermon : « Je suis venu à Fatima pour prier, avec Marie et avec de nombreux pèlerins, pour notre humanité affligée par des détresses et des souffrances. Celui qui penserait que la mission prophétique de Fatima est achevée se tromperait. » Et il a terminé par ces mots : « Puissent ces sept années qui nous séparent du centenaire des Apparitions hâter le triomphe annoncé du Cœur Immaculée de Marie à la gloire de la Très Sainte Trinité. » Ce triomphe de l’amour nous est assurément promis, mais il dépend entièrement de nous de savoir quand il arrivera. Si nous faisons ce pour quoi la Mère de Dieu a prié, elle pourra offrir au monde à travers nous la paix promise.

N’est-il pas significatif qu’à Fatima, Dieu ait choisi des enfants pour révéler le plus important plan de paix pour une nouvelle ère ? Le Seigneur a partagé, à travers sa Mère, à trois jeunes bergers de l’âge de sept, neuf et dix ans qui n’étaient ni puissants ni riche, ni nobles ni éduqués, comment parvenir à empêcher la seconde guerre mondiale, et comment les fidèles seraient en mesure de vaincre le Dragon rouge en se cachant sous le manteau protecteur de Marie, la femme de l’Apocalypse. Les enfants ont compris la langue de la Mère de Dieu, et surtout ils ont cru ses paroles. Ne devons-nous nous donc pas d’autant plus nous efforcer d’instruire les enfants, et les soutenir pour qu’ils participent à ce plan de paix, qui est aujourd’hui plus actuel que jamais ?

Le 13 juillet 1917, Notre Dame a demandé aux enfants de continuer à prier le Rosaire, « pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre ». Saisissons-nous donc du chapelet, avec la confiance des enfants de Fatima, car c’est une arme puissante dans le combat spirituel, et devenons un modèle vivant pour nos enfants.

Sœur Lucia, une fois devenue une religieuse adulte, a transmis au Père Fuentes ses connaissances : « La Sainte Vierge a dit, aussi bien à mes cousins qu’à moi-même, que Dieu donnait les deux derniers remèdes au monde : le saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie… Regardez, Père, la Très Sainte Vierge, en ces derniers temps que nous vivons, a donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire. De telle façon qu’il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel,… que nous ne puissions résoudre par la prière du saint Rosaire et nos sacrifices. » Celui qui a compris et vécu ce message n’est autre que le Saint Pape Jean-Paul II. Dans une lettre à l’évêque de Leiria-Fatima, date du 1er octobre 1997, il écrit : « J’invite avec insistance les pasteurs à prier le chapelet et à enseigner sa prière dans les communautés chrétiennes, afin qu’il soit possible à chacun de s’acquitter fidèlement et courageusement de ses obligations humaines et chrétiennes. Aidez le peuple de Dieu à revenir à la prière quotidienne du Rosaire, à ce dialogue intime des enfants avec leur mère qu’ils ont pris chez eux (Jn 19,27). »

Devenons donc les porte-voix de la Mère de Dieu dans ce monde sans paix, et aidons nos enfants dès la petite enfance à apprendre que sur cette terre, ce n’est que par la prière, en tenant Marie par la main, qu’ils pourront construire une société dans laquelle la justice et une coexistence harmonieuse seront possibles.

Cardinal Mauro Piacenza                        P. Martin M. Barta

Président                                                    Assistant ecclésiastique

Vous pouvez nous contacter si vous souhaitez recevoir un dépliant de prière, une lettre adressée aux enfants ou l’affiche de cette action. Ce matériel est spécialement conçu pour cette action de prière et peut être utilisé comme outil pendant votre initiative ou pour rendre visible votre participation à cette initiative universelle, «Un million d’enfants prient le chapelet».

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation