Les Églises pour reconstruire la Syrie, un projet conjoint de l’Église orthodoxe russe et de l’Église catholique

FacebookTwitterGoogle+

Königstein, le 13 avril 2016  – Peter Humeniuk, expert de la Russie auprès de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « l’Aide à l’Église en Détresse » (AED) a désigné le voyage commun d’une délégation catholique orthodoxe au Liban et en Syrie comme « réaction concrète » à la déclaration commune signée par Leurs Saintetés le pape François et le patriarche russe orthodoxe Cyrille. Il a rapporté que la semaine dernière, l’archevêque Mgr Paolo Pezzi, président de la conférence épiscopale catholique de Russie, le hiéromoine Stefan Igumnov, secrétaire pour le dialogue interchrétien du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le Père Andrzej Halemba, expert du Proche-Orient auprès de l’AED ainsi que lui-même y ont rencontré des représentants de différentes confessions chrétiennes pour donner « un signal de solidarité » et pour « évaluer les possibilités de mesures de soutien communes ».

160414 reis_2Peter Humeniuk a expliqué l’objectif du voyage comme suit : « Dans leur déclaration, Leurs Saintetés le pape François et le patriarche Cyrille ont dénoncé d’une seule voix la persécution des chrétiens et la situation dramatique des chrétiens du Proche-Orient. C’était l’une des raisons de leur rencontre historique en février de cette année. L’Église catholique et l’Église russe orthodoxe de Russie ont suivi le message de leurs primats et ont entrepris des mesures afin de réagir en commun à la souffrance des chrétiens du Proche-Orient. »

Au Proche-Orient, la rencontre entre le pape et le patriarche de Moscou a été accueillie de manière « très positive » et « avec une grande attention ». L’entrevue des deux primats y a été considérée comme un « signal fort que les confessions chrétiennes devaient s’exprimer d’une seule voix et faire face à la situation engendrée par la souffrance, la guerre et la persécution. » Durant ce voyage, il a été décidé de domaines concrets de coopération entre les différentes Églises chrétiennes du Proche-Orient, comportant notamment la documentation des lieux saints détruits par la guerre en Syrie, afin d’évaluer les dommages, ainsi que la collecte de témoignages sur le martyre de chrétiens syriens dans le but de les sauvegarder pour la postérité. Par ailleurs, il a été envisagé d’entreprendre une action commune au bénéfice des enfants. Le voyage de la délégation catholique orthodoxe était une première étape, et il est prévu que « d’autres suivront ».

160414 reis_1Peter Humeniuk a souligné : « Maintes fois, nous avons entendu dire au cours de ce voyage que pour de nombreux chrétiens du Proche-Orient, l’essentiel était que leurs évêques restent auprès d’eux, et que la remise en état des salles et édifices religieux ayant été détruits et où se déroule la vie spirituelle des communautés, leur tenait plus à cœur que la reconstruction de leurs propres maisons d’habitation. Le troupeau veut se rassembler autour de ses bergers. Cela m’a beaucoup impressionné. Il est évident que la reconstruction des bâtiments exigera tant de moyens financiers qu’ils ne pourront pas être mobilisés à court terme, mais nous réfléchissons déjà sur l’avenir. »

L’Aide à l’Église en Détresse avait organisé ce voyage car l’œuvre de bienfaisance est très active au Proche-Orient et s’engage simultanément depuis 25 ans en faveur du dialogue entre l’Église catholique et l’Église russe orthodoxe.

160414 reis_4La délégation s’est rendue à Beyrouth et à Damas, ainsi que dans la plaine de la Bekaa, à la frontière entre la Syrie et le Liban, où de très nombreux Syriens déplacés ont trouvé refuge. Quelques familles de réfugiés vivant à Zahlé, au Liban, ont dépeint leurs destins à la délégation. Parmi les représentants des Églises que la délégation a rencontrés, se trouvaient au Liban S.E. le cardinal Bechara Boutros Raï, patriarche maronite, et l’archevêque Mgr Gabriele Caccia, nonce apostolique au Liban. En Syrie, la délégation a respectivement rencontré un représentant du patriarcat grec orthodoxe d’Antioche et du patriarcat melkite grec catholique d’Antioche et de tout l’Orient, puisque les deux patriarches eux-mêmes étaient en voyage à ce moment. Par ailleurs, la délégation a rencontré S. B. Ignace Ephrem II Karim, patriarche syriaque orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, l’archevêque Mgr Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie ainsi que de nombreux autres évêques.

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation