Le Rapport 2016 sur la liberté religieuse dans le monde

FacebookTwitterGoogle+

Le rapport met en garde contre l’impact de « l’hyper-extrémisme » religieux à l’échelle mondiale
Une enquête désigne la haine religieuse comme source de l’instabilité croissante dans le monde entier

Königstein/Surrey, 03.11.2016. Le Fondamentalisme – Plus mortel que jamais auparavant, il déchaîne la mort, la destruction, le déplacement et l’instabilité à une échelle sans précédent, comme l’affirme un rapport publié aujourd’hui par l’œuvre internationale de bienfaisance catholique l’Aide à l’Église en Détresse. Le « Rapport 2016 sur la liberté de religion dans le monde » met en garde contre les conséquences mondiales « d’un nouveau phénomène de violence motivée par la religion », désigné dans comme « hyper-extrémisme islamiste ».

En définissant ce nouvel ultra-extrémisme, l’enquête met en évidence les caractéristiques distinctives prouvant comment ces radicaux menacent la paix mondiale, la stabilité et l’harmonie sociale en Occident.

Les tentatives systématiques de chasser tous les groupes de convictions différentes, y compris les modérés, une cruauté sans précédent, une portée mondiale et l’utilisation efficace de médias sociaux souvent mis en œuvre pour glorifier et glamouriser la violence, comptent parmi les principales caractéristiques de « l’hyper-extrémisme islamiste ».

Les auteurs du rapport ajoutent leurs voix à d’autres appelant à reconnaître comme génocide les persécutions commises par l’État islamique, et mettent en garde contre une tentative généralisée de remplacer le pluralisme par une monoculture religieuse.

Ce rapport évalue la situation actuelle en matière de liberté religieuse dans 196 pays et conclut : « Dans certaines parties du Proche-Orient, y compris en Irak et en Syrie, cet hyper-extrémisme élimine toute forme de diversité religieuse. La menace est réelle que ceci survienne aussi dans certaines parties d’Afrique et d’Asie. »

Cette opinion est également partagée par Le Père Jacques Mourad, qui a rédigé la préface du rapport. Le Père Mourad est un moine chrétien qui avait été détenu cinq mois durant par Daech en Syrie, avant de réussir à s’évader en octobre 2015.

Dans sa préface, le Père Mourad : « Notre monde est au bord du gouffre d’une catastrophe totale, car l’extrémisme menace d’anéantir toute trace de diversité dans la société. »

Cette publication biennale se fonde sur les études de journalistes, de scientifiques et d’ecclésiastiques et rapporte que durant la période de deux ans, considérée jusqu’en juin 2016, des attentats liés à l’hyper-extrémisme ont été commis dans 20 % des pays du monde entier – de l’Australie à la Suède, ainsi que dans 17 pays africains.

Contrairement à l’opinion largement répandue qu’en règle générale, ce sont les gouvernements qui sont responsables de la persécution, le rapport condamne les groupes militants non-étatiques dans 12 des 23 pays les plus fortement concernés. Eu égard au nombre de réfugiés, qui, selon les informations des Nations unies, a atteint un nouveau chiffre record de 65,3 millions de personnes, le rapport désigne l’islamisme extrémiste comme le « moteur » des déplacements massifs de personnes qui prennent la fuite de pays tels que l’Afghanistan, la Somalie et la Syrie.

Par ailleurs, le rapport de l’Aide à l’Église en Détresse met en évidence l’effet « domino » dans les pays occidentaux, dont le tissu socio- religieux est déstabilisé par l’arrivée d’un nombre sans précédent de réfugiés et de migrants.

Selon le rapport, de tels problèmes sont encore aggravés parce que l’Occident est soudain confronté à un accroissement des attaques perpétrées par des islamistes fondamentalistes.

Cependant, tous les problèmes concernant la liberté de religion ne doivent pas être perçus en rapport avec l’islam militant. En Chine et au Turkménistan par exemple, une nouvelle vague de violentes répressions contre des groupes religieux a été signalée, ainsi qu’un déni permanent des droits de l’être humain pour les croyants en Corée du Nord et en Érythrée, deux pays où les droits de l’homme, sont de toute manière en mauvaise posture.

Toutefois, les perspectives ne sont pas sombres partout – au Bhoutan, en Égypte et au Qatar, des pays connus pour violer la liberté de religion, le rapport a constaté que la situation des minorités religieuses s’était améliorée au cours de la période sous revue.

John Pontifex, basé à Londres et rédacteur en chef du rapport, a déclaré : « Une constatation fondamentale de nos recherches est que l’émergence d’une forme d’hyper-extrémisme religieux, qui a sévi dans de nombreuses parties du monde et y a laissé des cicatrices causées par la sauvagerie, est la marque d’une intention génocidaire évidente. »

« Notre rapport constitue un signal de réveil, tirant la sonnette d’alarme pour mettre en évidence que l’extrémisme est entré dans une phase nouvelle et nettement plus dangereuse. »

« S’il y a juste une constatation qui s’impose suite à ce Rapport 2016 sur la liberté de religion dans le monde, c’est que les groupes religieux doivent lutter contre la haine religieuse au sein de leurs propres rangs. »

« Quelles peuvent donc être les perspectives de paix si des fractions puissantes de certains groupes religieux ne ressentent rien que du mépris pour tous ceux qui ne partagent pas leur vision du monde – et qui nient non seulement tout droit de vie aux personnes d’une autre religion, mais aussi aux adeptes modérés de leur propre communauté religieuse ? »

« L’autre difficulté mise en lumière par le rapport réside dans le fait que souvent, les décideurs politiques des pays occidentaux ne comprennent simplement pas la religion et doivent reconsidérer leur vision des choses dans son ensemble. »

« Une conception selon laquelle une pratique traditionnelle de la foi appartiendrait au passé n’est plus de mise alors qu’il est prouvé que pour des millions et des millions de personnes – une nouvelle génération – la religion est au centre de leur vie et représente la force motrice de tout ce qu’elles font. »

Il s’agit de la 13e édition du rapport publié par l’Aide à l’Église en Détresse.

L’œuvre de bienfaisance fournit des aides d’urgence et des soutiens aux chrétiens persécutés et dans la détresse dans 140 pays du monde.

Le Rapport 2016 sur la liberté de religion dans le monde est disponible sous www.religion-freedom-report.org.

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation