Le Nonce apostolique en Palestine : Le dialogue est le défi de l’Église en Terre Sainte

FacebookTwitterGoogle+

Rome/Königstein 24.06.2015 – « Transformer une maison commune en famille à travers le dialogue. » Voici le « défi » en Terre Sainte selon Mgr. Giuseppe Lazzarotto, nonce apostolique en Israël et délégué apostolique pour la Palestine. Au cours d’un entretien accordé à « l’Aide à l’Église en Détresse », le représentant du Pape a commenté le récent incendie qui a touché « l’église de la multiplication des pains et des poissons » sur le lac de Tibériade, l’un des symboles chrétiens en terre Sante. « Ce sont des actes qui nous attristent profondément, parce que, bien qu’étant désapprouvés par la majorité de la population, ils expriment une attitude de fermeture, de refus d’accepter la présence de ceux qui sont différents. »
Cependant, note le prélat, la communauté chrétienne ne se laisse pas décourager par ce qui s’est passé, et continue à suivre la voie du dialogue. Le dialogue entre chrétiens, mais aussi avec les juifs et les musulmans. C’est ce à quoi nous appelle sans cesse le Pape François : « nous éduquer et éduquer au dialogue ».

Semer la graine de la réconciliation

Mgr. Giuseppe Lazzarotto, le nonce apostolique en Israël

Mgr. Giuseppe Lazzarotto,
le nonce apostolique en Israël

À cet égard, l’Église est au premier rang et s’engage à fond « afin que ces deux peuples puissent apprendre à vivre ensemble, et afin que cette terre ne se limite pas à être une maison partagée, mais devienne un endroit où apprendre à se connaître, se respecter et même s’aimer ». Parmi les bénéficiaires de la réconciliation, il y aurait aussi la petite communauté chrétienne qui, depuis des décennies, continue de quitter le berceau du christianisme. « Si les conditions de vie s’amélioraient, les fidèles ne partiraient pas, car personne ne veut quitter la Terre Sainte ». Citant les paroles du Pape François lors de la récente assemblée plénière des Œuvres d’aide aux Églises orientales (ROACA), Mgr. Lazzarotto a souligné l’urgente nécessité de planter des « graines de réconciliation ». « Exactement comme a fait le Saint-Père lors de son voyage en Terre Sainte, et par la rencontre au Vatican avec Simon Peres et Abu Mazen. Malheureusement, peu de temps après il y a eu la guerre à Gaza, ce qui a semé la haine et la division et causé des destructions tant matérielles que spirituelles ». Dans la bande de Gaza, on note encore des signes du conflit de l’été dernier. « Il y a eu de terribles destructions, et la reconstruction n’a pas encore commencé » déclare le nonce, en mettant l’accent sur l’important travail de l’Église locale qui, tout en comptant seulement 1.300 fidèles, gère trois écoles, un hospice pour personnes âgées et un Centre pour personnes handicapées : « ce sont les routes du dialogue ».

Signe d’espoir 150625 hl_verzoening

La communauté catholique de langue hébraïque, qui s’est considérablement développée ces dernières années grâce aux fidèles catholiques ayant émigré en Israël, peut représenter un espoir pour l’avenir. « Il s’agit d’une belle et nouvelle réalité, à laquelle il convient de porter attention, et qui à l’avenir pourrait avoir un rôle majeur. »
Quant à la question du mur de séparation et des permis accordés aux chrétiens pour qu’ils accèdent à certains lieux sacrés, Monseigneur Lazzarotto a constaté une grande disponibilité de la part des autorités israéliennes. « Nous sommes contre les murs, mais il faut dire que cette année, nous avons remarqué une attitude beaucoup plus positive. À Pâques et à Noël, davantage de permis ont été délivrés que dans le passé, et de nombreux fidèles ont pu partir de Tel-Aviv, alors qu’avant c’était interdit. »
L’accord prochain entre le Saint-Siège et l’État palestinien nourrit également les espérances chrétiennes. « Cet accord va nous donner une garantie juridique. En Palestine, la communauté chrétienne a la liberté de religion et du culte, mais dorénavant, cette liberté ne sera plus uniquement le résultat de la bonne volonté de ceux qui sont au gouvernement, mais un droit reconnu par l’État, qui s’est officiellement engagé pour le présent et l’avenir de l’Église. »
150625 hl_godsdiensten

Afin de promouvoir le dialogue entre les différentes communautés religieuses en Terre Sainte, « l’Aide à l’Église en Détresse » soutient depuis plusieurs années le Centre Al-Liqa pour la recherche interconfessionnelle à Bethléem, dont l’objectif est de parvenir à un dialogue plus profond entre musulmans, juifs et chrétiens. L’an dernier, l’aide accordée au Centre pour son travail s’est élevée à 20.000 euros. L’AED promeut également les activités du « Centre de Jérusalem pour les relations judéo-chrétiennes » (JCJCR), qui s’est donné comme mission d’encourager les relations et la compréhension entre juifs et chrétiens au moyen de programmes éducatifs, de rencontres et d’un travail d’information. L’aide récente a été de 45.000 euros.

Marta Petrosillo

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation