Le jour de la Saint-Nicolas, des politiciens de l’UE communiqueront via Skype avec des enfants à Alep

FacebookTwitterGoogle+

acn-20161003-46752Bruxelles / Königstein, 01.12.2016 – En coopération avec la fondation pontificale l’Aide à l’Église en Détresse, Antonio Tajani, vice-président du Parlement européen, et Jan Figel, envoyé spécial pour la liberté de religion et de conviction de l’UE, ont organisé pour le 6 décembre une conférence téléphonique via Skype entre des politiciens du Parlement européen et des écoliers d’une église catholique à Alep, en Syrie.

Ces enfants de confession chrétienne ou musulmane racontent leur histoire et répondent aux questions concernant leur quotidien marqué par une guerre qui dure depuis cinq ans et qui a coûté la vie à plus de 400 000 personnes. Une guerre qui a aussi détruit 2 960 établissements scolaires et à cause de laquelle presque deux millions d’élèves sur les quelque 2,9 millions d’enfants scolarisables ne peuvent pas fréquenter d’école. L’appel à la paix veut attirer l’attention sur le fait que les chrétiens et les musulmans de Syrie restent reliés malgré les divisions engendrées par la guerre, contrairement à la situation qui règne en Irak.

Le Père Andrzej Halemba, responsable du Proche-Orient auprès de l’Aide à l’Église en Détresse, avait élaboré l’idée de cette campagne au terme de plusieurs visites dans la région, et a déclaré : « La vidéoconférence entre des enfants syriens et des politiciens européens est rattachée à l’idée précédente des ‘Images pour la paix en Syrie’. Lors de cette campagne, organisée conjointement avec les Églises locales en Syrie représentant environ 95 % de tous les chrétiens syriens, l’AED a collecté plus d’un million d’images et de lettres d’enfants de toutes les confessions, âgés de trois à seize ans, dans plus de 2 000 établissements scolaires d’Alep, Homs, Tartous, Yabroud et Damas. Ces messages et ces images constituent un appel à la paix vivant et innocent des enfants syriens qui s’adressent au monde occidental. »

acn-20161007-46861Parmi ces lettres, il y a notamment celle de Razan, 11 ans : « Je n’ai pas eu d’enfance. Mon foyer a été détruit. Ma vie a changé. Lorsque j’entends des explosions, j’ai peur. C’est comme ça pour beaucoup de bruits ; je suis très triste de voir mourir des enfants. J’espère que Dieu remettra tout dans l’état où c’était avant, et que Dieu sauvera notre pays la Syrie. » Un autre bref message a été écrit par Shifa, 12 ans : « Père, tu me manques, mais tu seras toujours dans mon cœur. » Dans un poème, Shan, 12 ans, un enfant d’Alep, dépeint les souffrances pendant la guerre :

« Je prie, Dieu, mon pays souffre.
Le froid, le deuil et l’obscurité, pas d’électricité, pas de bougies.
Une mère appelle d’une voix ignorée
Le père, parti à l’aube.
Elle ignore s’il reviendra.
Je t’en prie, Dieu, ne nous abandonne pas au chagrin et à la faim.
Dieu, veille sur nous, notre pays souffre.
Des enfants, tels le lever du soleil, apprennent dans l’obscurité ;
Nous attendons de bonnes nouvelles drapées de miséricorde,
Nous espérons un merveilleux sourire, tout autour de nous
Mais ils ne trouvent que des cœurs noirs, plus noirs encore que le charbon.
Ils sont baptisés avec du sang et nous n’avons même pas de larmes.
Dieu, n’abandonne pas notre pays qui souffre « 

Les « ambassadeurs des enfants » Leurs Béatitudes le patriarche Grégoire III Laham, primat de l’Église melkite grecque catholique ainsi que George Abou Zakhem, métropolite de Homs, représentant du patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, et Mgr Selvanos Boutros Al Nemeh, évêque de Homs et représentant du patriarcat syriaque orthodoxe, ont remis ces lettres et images à des décideurs politiques de l’Union européenne et des Nations unies dans le cadre d’une visite à Bruxelles et à Genève entreprise du 10 au 13 octobre.

Les représentants des Églises ont notamment rencontré Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne, Martin Schulz, président du Parlement européen, et Federica Mogherini, Haute-Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. À Genève, ils ont remis les messages des enfants à Filipo Grandi, Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés et au Prince Zeid Ra’ad Al-Huzain, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

Après la vidéoconférence via Skype du 6 décembre entre les décideurs politiques à Bruxelles et les enfants à Alep, les images originales des enfants seront exposées dans l’une des grandes galeries du Parlement européen. Simultanément, le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a proposé d’intégrer les images qui lui ont été remises lors de la visite des patriarches à une exposition organisée conjointement avec UNICEF et intitulée « Standing Strong : The Human Faces of the Syrian Crisis », qui sera présentée du 5 au 15 décembre au bâtiment Berlaymont de la Commission européenne. L’exposition y montrera 18 des images ainsi que des photos d’enfants syriens faites par l’Aide à l’Église en Détresse. Ensuite, elle sera présentée de janvier à mars 2017 dans d’autres sites de l’Union européenne.

Par Mark Von Riedermann

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation