Irak : Le témoignage de Mgr Petros Mouche, archevêque de Mossoul

FacebookTwitterGoogle+

Mossoul libérée, les chrétiens vont-ils bientôt pouvoir revenir ? Pour Mgr Petros Mouche, archevêque syriaque catholique de la deuxième ville irakienne, c’est encore un peu tôt, mais il invite à prendre une leçon de tous ces évènements et à reconstruire la paix.

Mgr Petros Mouche, comment avez-vous vécu la libération de Mossoul ?

C’est un signe d’espoir pour les chrétiens. L’État islamique a été chassé. J’espère que la mentalité des gens va changer. La destruction de Mossoul, ce n’est pas rien ! Pour nous, syriaques catholiques d’Irak, c’est une grande joie bien sûr, la majorité de mon diocèse se trouvant autour de Mossoul et à Qaraqosh. Mais aujourd’hui, Mossoul est totalement détruite. La ville est officiellement entièrement libérée, même si quelques personnes restent cachées par endroits. Mais elles seront bientôt découvertes et chassées.

Tout est à reconstruire ? Quand les chrétiens pourront-ils rentrer à Mossoul ?

Pour l’instant, c’est un peu trop tôt. Dans quelques années, peut-être. Ils passeront de temps en temps voir leurs maisons, mais ce n’est pas possible, pour le moment, de s’installer là-bas. Dans les plaines de Ninives, par contre, beaucoup de gens vont pouvoir rentrer. Des familles sont déjà revenues. Certaines familles ont trouvé du travail, ont ouvert des restaurants, des boutiques, des artisanats… Il leur faut du courage pour pouvoir renouveler leur vie !

Au-delà des opérations militaires, comment lutter contre l’État islamique ?

C’est là la difficulté : vraiment arriver à changer les mentalités… Face à ces idées étranges, il faut comprendre que la guerre, ce n’est pas la solution. Il faut pouvoir vivre ensemble. Nous étions ensemble depuis toujours et autrefois, nous n’avions pas de difficultés… Ces évènements permettent un grand espoir : que la vie reprenne de nouveau et que les gens apprennent à vivre ensemble. Les guerres,  ça suffit… Depuis 1958, il y a toujours eu des guerres en Irak. Nous allons devoir apprendre à vivre en paix.

Que voulez-vous dire aux bienfaiteurs de l’Aide à l’Église en Détresse ?

Je les remercie beaucoup, bien sûr, parce qu’ils sont toujours présents chez nous ainsi que dans notre diaspora… Leur aide va permettre d’aider à reconstruire nos maisons… Ce sera une grande grâce de pouvoir compter sur leur aide. Sachez bien que ce sont les syriaques  catholiques qui sont les plus touchés. Dans la région des plaines de Ninive, nous formons 60% des déplacés. Mais il y aura toujours une aide.

« L’Aide à l’Église en Détresse se réjouit avec les chrétiens des plaines de Ninive de la libération de Mossoul. C’est un moment crucial de l’histoire des chrétiens d’Irak et nous devons soutenir autant que nous le pouvons ceux qui retournent aujourd’hui dans leurs villages. En même temps, nous devons prier pour la réconciliation afin que de nouvelles fondations garantissent leur avenir en Irak. » (Regina Lynch, directrice des projets de l’Aide à l’Église en Détresse)

Les défis auxquels les chrétiens des plaines de Ninive font face sont énormes : actuellement, on compte encore 14 000 familles ayant fui Mossoul et les plaines de Ninive et vivant à Erbil (environ 90 000 personnes). Près de 13 000 maisons doivent être reconstruites. Il faut aussi assurer la sécurité des villages, régler les problèmes d’infrastructures (eau, électricité, routes, écoles et cliniques), prendre en compte les manœuvres politiques irakiennes et kurdes sur le terrain… sans oublier la période de transition entre la fin des locations mensuelles et des colis de nourriture, et le retour de ces familles vers les villages restaurés. Selon les enquêtes les plus récentes, mises à jour par le Nineveh Reconstruction Committee le 20 juin 2017, 599 familles sont déjà revenues dans les plaines de Ninive et 342 propriétés sont en cours de rénovation, dont 157 ont été restaurées grâces aux contributions financières de l’Aide à l’Église en Détresse.

Depuis le début de la crise, l’Aide à l’Église en Détresse a procuré un soutien continu aux réfugiés chrétiens du nord de l’Irak. Jusqu’à ce jour, un total de 31 millions d’euros a été donné pour l’aide d’urgence : nourriture, éducation, logement, aide pastorale et reconstruction.

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation