Irak: Beaucoup de gens reprennent espoir

FacebookTwitterGoogle+

Réfugiés chrétiens : Andrzej Halemba, responsable de « l’Aide à l’Église en Détresse » pour le Proche-Orient, voit des progrès en Irak du nord.
Par Oliver Maksan

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Père Andrzej Halemba

« Beaucoup de gens reprennent espoir ». C’est par ces mots que le Père Andrzej Halemba, chef de la section Proche-Orient de l’Œuvre internationale catholique de bienfaisance « Aide à l’Église en Détresse », décrit la situation des chrétiens réfugiés dans le nord de l’Irak.
L’été dernier, plus de 120.000 personnes ont dû fuir l’avancée de la milice terroriste islamiste « État Islamique » dans la région autonome kurde au nord de l’Irak. Récemment rentré d’une visite dans la région, le Père Halemba a ajouté : « Les gens n’ont plus l’impression qu’ils sont directement menacés d’être submergés. Ils ont un gilet de sauvetage. Même si le rivage est encore loin, ils savent qu’ils sont sauvés. Les mesures que nous avons pu prendre en collaboration avec l’Église locale ont stabilisé la situation. » Il y a encore quelques mois, selon le Père Halemba, la colère et le désespoir étaient prépondérants chez les réfugiés. « Les gens ne pensaient qu’à obtenir des visas et de l’argent liquide, et aux moyens de quitter l’Irak dès que possible. Maintenant, beaucoup de gens se sont habitués à la situation et veulent rester dans le pays. Ce sont surtout les récents succès militaires de l’armée irakienne à Tikrit qui ont été considérés comme des signes d’un espoir de pouvoir bientôt revenir dans les parties du pays occupées par l’État Islamique. »

Le transfert depuis les tentes vers des appartements en location

Selon le Père Halemba, c’est surtout le transfert de nombreux réfugiés des tentes et des caravanes dans des appartements en location qui a eu un impact stabilisant. « Ça a redonné aux gens un sentiment de dignité et de sécurité. Cela a réveillé chez beaucoup de gens l’esprit d’initiative. C’était ce qui manquait. » Entretemps, bon nombre d’entre eux ont retrouvé un emploi dans les régions kurdes. Certes, les employeurs les exploitent, connaissant la situation de détresse dans laquelle se trouvent les chrétiens. Néanmoins, les pères de famille peuvent à nouveau subvenir aux besoins de leur famille en travaillant sur des chantiers ou à des postes similaires ». Les écoles pour enfants de réfugiés, financées avec l’aide de « l’Aide à l’Église en Détresse », ont également contribué à l’amélioration de la situation. « Pour les parents, il est crucial de savoir que leurs enfants peuvent poursuivre leur scolarité. Cela aussi donne un sentiment de normalité. » Au total, six des huit écoles prévues doivent fonctionner avant mai. Deux sont déjà en activité à Erbil-Anakawa. Chaque école peut accueillir environ 900 élèves.

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????? ???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

À ce stade, selon le Père Halemba, il était essentiel que l’Église soutienne l’espoir de la population. « L’attention et la compassion sont psychologiquement importantes. « Les gens doivent ressentir qu’ils ne sont pas oubliés. » C’est pourquoi le Père Halemba souhaite porter son attention sur l’amélioration de la situation du logement.

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????« Le temps des containers est définitivement derrière nous. C’est pourquoi nous voulons essayer d’héberger encore plus de monde dans des appartements loués. Mais en même temps, il faut renforcer leur esprit d’initiative. Nous prévoyons de réduire progressivement, mois après mois, notre aide à la location. Cela leur met une légère pression pour qu’ils s’efforcent eux-mêmes de chercher des revenus. » En attendant, l’aide internationale, comme celle de « l’Aide à l’Église en Détresse », est importante, et pas seulement du point de vue matériel, souligne le Père Halemba. La compassion de l’Église universelle s’est notamment exprimée par des signes tels que la campagne de cadeau de Noël pour 15.000 enfants. Au total, quelque 15.000 familles ont été soutenues d’une manière ou d’une autre par « l’Aide à l’Église en Détresse ». Depuis le début de la crise, « l’Aide à l’Église en Détresse » a déjà donné plus de 4,8 millions d’Euros, selon le Père Halemba.
D’autres mesures humanitaires sont prévues. C’est ainsi que « l’Aide à l’Église en Détresse » veut soutenir un programme par lequel les religieuses qui avaient fui l’État Islamique pourraient faire une pause spirituelle et psychologique, par exemple au Liban. Elles subissent souvent elles-mêmes la pression des événements et sont complètement épuisées. « Elles ont urgemment besoin de notre aide afin de pouvoir elles-mêmes à nouveau aider les autres. Leurs batteries sont tout simplement vides. » Cela est compréhensible, compte tenu de la perte d’un apostolat édifié au fil des ans dans les écoles, foyers pour enfants et maisons de retraite, explique le Père Halemba. Les prêtres et religieux locaux auront cependant un rôle crucial pour donner de l’espoir aux gens. « Ils sont la force motrice de la communauté et sont proches des gens. » Nous avons besoin d’eux de façon urgente. »
Compte tenu de l’issue toujours imprévisible de la situation des réfugiés et de l’émigration continue, le Père Halemba considère le temps comme un facteur clé en Irak. « Nous ne savons pas combien de temps cette situation durera encore. Mais nous devons continuer à aider les gens à s’aider eux-mêmes. Nous sommes auprès d’eux. Mais en définitive, il faut que l’espoir croisse en eux ».

????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Il est très important pour les parents que leurs enfants puissent poursuivre leurs études. Ça leur donne le sentiment d’une vie normale.

Prise de conscience politique

Le Père Halemba a souligné de manière positive les efforts accomplis par « l’Aide à l’Église en Détresse » pour attirer l’attention du public sur la situation des chrétiens au Proche-Orient au travers de l’information et des relations publiques. « Les événements que nous avons organisés à Bruxelles et à Genève ont contribué à expliquer aux politiciens la gravité de la situation. Ils manifestaient peu d’intérêt il y a encore peu de temps. Cela a changé. De nombreux hommes politiques comprennent la nécessité de permettre aux chrétiens de rester dans leur pays d’origine. » Mais en fin de compte, cela ne sera possible que si les musulmans de la région parviennent à coexister pacifiquement. « Les pays occidentaux doivent contribuer à diffuser au Proche-Orient le concept de la non-violence. Il faut en particulier que les imams et autres responsables islamiques soient acquis à cette cause. »

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation