Burundi: Les « communautés ecclésiales de base », une force pour l’évangélisation

FacebookTwitterGoogle+

Par Claude Piel/ACN

ACN-20150814-29198L’abbé Joseph-Désiré Nijimbere, curé de la paroisse de Rutovu dans le diocèse de Bururi au Burundi, a bien reçu le soutien d’Aide à l’Église en Détresse (AED) nécessaire à la rénovation de son presbytère. La nouvelle toiture arrive au moment même où il en avait le plus besoin : « Je crois que les chrétiens avaient mal au cœur de voir le presbytère de leurs prêtres s’écrouler un jour. À présent, nous vivons dans des conditions saines de travail ». La paroisse « Reine de l’Espérance » de Rutovu s’étend sur deux communes avec près de 32 000 catholiques sur environ 50 000 habitants. Les chrétiens de Rutovu ne vivent pas dans des villages comme dans d’autres régions d’Afrique, mais sur des collines à quelque 110 km de la capitale Bujumbura. Le père Nijimbere rentre le soir souvent épuisé par toute une journée de marche dans les collines. Il est heureux d’enfin « vivre dans un bon bâtiment avec une nouvelle toiture sans être inquiété d’aucun souci de pluie qui nous dérangeait dans nos chambres ». Mais ce sont ses fidèles qui lui font souci, surtout les jeunes et les femmes malades de VIH/sida. Le pays a sombré dans un chaos total. Les institutions sont paralysées. La population vit dans une grande précarité.

Un dialogue sincère pour la paix durable

Croix des Jeunes

Croix des Jeunes

« Nous vivons dans un pays qui a connu des atrocités de la guerre dont les conséquences continuent à se manifester particulièrement chez les jeunes », explique l’abbé Nijimbere. Leur accompagnement pastoral est primordial et a caractérisé l’actualité paroissiale 2014 – 2015 pour les aider, dit-il, « à surmonter les obstacles qui ont créé des clivages ethniques et raciaux en vue de leur cohabitation pacifique ». De nombreuses rencontres sont organisées pour retrouver des moments de dialogue franc éclairé par la Parole de Dieu et donc créer un climat de détente et de réconciliation entre les jeunes antagonistes. C’est ainsi que plus de 1 400 jeunes participants ont fêté du 12 au 29 août 2014 l’arrivée de la « Croix des Jeunes » en paroisse de Rutovu dans le cadre de consolidation de la paix. « De même que le sel donne la saveur à la nourriture et la préserve de toute pourriture », écrit le père Nijimbere, « de même, les jeunes doivent être signe d’espérance dans un monde marqué par tant de violence, d’injustice, de pauvreté dans les familles, de maladies chroniques comme le sida… De même que la lumière éclaire l’obscurité, de même les jeunes doivent être signe lumineux dans le Monde ».

Les communautés ecclésiales de base », une force pour l’évangélisation

Cet évènement crucial couronne des années de catéchèse et de travail en « Communautés Ecclésiales de Base » : tous les chrétiens vivant sur une même colline partagent la même source d’eau et le même bois de chauffage. Ils se connaissent, s’entraident et se rencontrent chaque semaine toujours au même endroit. Ils y ont construit une chapelle pour le partage de la Parole de Dieu et aussi de leurs soucis communs. La pastorale des « Communautés Ecclésiales de Base » est « une pastorale de proximité », explique l’abbé Nijimbere : « Je viens de passer douze ans sur 14 ans de ministère dans cette paroisse de Rutovu. Je connais presque toutes les familles composantes, celles qui se portent bien comme celles qui sont en difficultés. Comme Jésus, le berger doit s’occuper des brebis malades et de celles perdues qui ne viennent plus à l’église pour puiser la force dans ses trésors que sont les sacrements ». La pastorale des « Communautés Ecclésiales de Base » met en pratique la notion d’« Église Famille de Dieu » adoptée par toute l’Église au Burundi comme dans le diocèse de Bururi.

L’évêque du diocèse,

Mgr. Venant Bacino

Mgr. Venant Bacino

, est, quant à lui, natif de la paroisse de Rutovu qui fête cette année 2015 un double jubilé : le jubilé d’or d’ordination sacerdotale de Mgr. Venant Bacino et le jubilé de diamant de 75 ans de la paroisse le 15 septembre 2015. Placée dès sa création après la Seconde Guerre Mondiale sous la protection de la Très Sainte Vierge Marie, la paroisse reçut le nom patronal de « Reine de l’Espérance ». Son développement ne fut pas sans encombres au fil d’années qui coûteront, écrit l’abbé Nijimbere, « la vie à de nombreux civils innocents respectivement en 1965, 1969 et en 1972, aux génocides de 1972 et 1993. Quelques années après les évènements sanglants de 1972, l’avènement du régime dictatorial et communiste du président Bagaza obligera les missionnaires à rentrer chez eux en Europe ». Ceci marquera le début d’une persécution de plus de dix années. La paroisse a beaucoup souffert car son implantation n’était pas encore solide. Et les tensions actuelles pèsent sur une population pauvre. Vivant sur un sol montagneux et aride, celle-ci brave non seulement les intempéries mais aussi et surtout le manque de sécurité qui risque de « dégénérer en une nouvelle rébellion » comme l’écrit l’abbé Joseph-Désiré Nijimbere ; depuis le président sortant s’est fait réélire pour la troisième fois.

Les évènements climatiques surtout étaient à l’origine du délabrement de l’église et du presbytère : le soutien d’Aide à l’Église en Détresse a servi à payer les artisans couvreurs. Les autres travaux ont été effectués par les fidèles. L’argent ainsi économisé a permis de construire une maison de neuf chambres pour les séminaristes en visite dans les « Communautés Ecclésiales de Base » durant l’été. Auparavant, ils devaient dormir à quatre dans la même chambre. La maison nommée « Regina Pacis » servira aussi d’accueil aux chrétiens qui viennent aux rencontres.

 

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation