Brésil: Pour les autochtones, avec affection

FacebookTwitterGoogle+

acn-20160923-46259Des missionnaires enlevés, des meurtres et des églises incendiées. Non, nous ne parlons pas du Proche-Orient, mais bien du Brésil, d’une réalité presque inconnue, celle de la réserve indigène Raposa Serra do Sol, dans l’état de Roraima, près de la frontière du Brésil avec le Venezuela et le Guyana. Une terre dont se sont emparés les colonels qui ont réduit en esclavage les macuxis, l’ethnie amérindienne qui prédomine dans la région, pour travailler dans des exploitations et produire du riz pour la production de boissons alcoolisées, un vice apporté par les envahisseurs.

Mais l’Église catholique a été présente dans la région depuis le début du 20ème siècle. Tout d’abord avec les Jésuites, puis avec les Dominicains, et enfin les Missionnaires de la Consolata. Ce n’est pas une mission comme les autres : dans leurs voitures, les missionnaires doivent prendre des réserves de carburant, des batteries de rechange, ainsi que trois roues de secours et de la nourriture en conserve. Avoir une panne de voiture sur la route impliquerait de devoir attendre pendant plusieurs jours qu’un autre véhicule passe par là, étant donné que le téléphone mobile ne capte pas et qu’un téléphone public est presque un trésor.

La forte présence de l’Église aux côtés des macuxis a eu pour conséquence de pousser les autochtones, dans les années 70, à prendre la décision d’arrêter de consommer de l’alcool, ceux qui voulaient continuer à boire devant quitter la tribu.

Cette décision a rendu furieux les militaires de la région parce qu’elle leur a fait perdre une main d’œuvre bon marché. Ils ont alors commencé à faire de la propagande contre l’Église catholique. Sans succès. En 2004, ils ont alors assassiné des indigènes et enlevé des missionnaires de la Consolata, et l’année suivante, environ 150 hommes armés et encagoulés ont incendié tous les bâtiments de la mission, y compris l’église de San José et l’école tenue par la mission. L’intention cachée derrière tout cela était que les indiens macuxis se révoltent et attaquent les commanditaires, ce qui aurait causé un génocide parce que les indigènes se seraient attaqués avec des bâtons et des pierres à des hommes possédant des armes à feu.

Après l’incendie, les macuxis étaient très en colère et voulaient se venger. Le « tuxaua » Jacir de Souza (tuxaua est le nom donné aux dirigeants du peuple Macuxi) s’est entretenu avec eux, a ouvert la Bible et l’a lue pendant plus d’une heure. Il a rappelé à son peuple qu’ils étaient des autochtones catholiques, et que Dieu leur demandait de pardonner, et non de se venger. Tout le peuple s’est calmé et a renoncé à la vengeance. Cette action a donné l’impulsion pour que, en 2005, Raposa Serra do Sol soit homologuée et retourne aux indigènes. Ceux qui exploitaient la terre et ses habitants ont été contraints de quitter la région.

acn-20160923-46276Dans ce lieu, la simple lecture de la parole de Dieu a empêché qu’un génocide ait lieu. Les macuxis sont encore très catholiques, ils construisent leurs églises avec ce dont ils disposent et à la force de leurs bras, ils traduisent les chants catholiques en macuxi, leur langue maternelle. Le chef Jacir a rencontré deux papes dans le cadre de son action pacifique. Cependant, les macuxis souffrent encore pour une bonne raison, à savoir que la Bible n’est pas traduite dans leur langue, et ils sont préoccupés pour la génération future. Des sectes ont tenté de les approcher en leur demandant de quitter le catholicisme, certaines allant jusqu’à leur proposer à nouveau de l’alcool. Ils ont très peur, surtout pour leurs enfants.

L’Aide à l’Église en Détresse a récemment approuvé la traduction de la Bible de l’enfant en langue macuxi. Un théologien qui maîtrise profondément la langue est en train de faire la traduction, et des milliers d’exemplaires seront bientôt livrés aux enfants. Mais pour cela, nous avons besoin de votre aide. Après avoir vu le miracle de l’action de la Parole de Dieu dans la région, nous ne pouvons pas limiter les efforts que nous faisons pour que la prochaine génération puisse grandir en paix et avec Dieu dans le cœur. Nous sommes sûrs que vous aussi, vous voudrez bien participer à cette initiative qui est une véritable mission !

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Vous pouvez nous soutenir par :

  • un don pour un projet pastoral au numéro de compte :
    • Belgique : IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB (Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. – sans attestation fiscale). En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.
    • Luxembourg : IBAN : LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC : CCPLLULL

  • un don pour un projet social au numéro de compte IBAN : BE72 1960 1357 6116 et BIC : CREGBEBB (Aide et Espoir a.s.b.l. – avec attestation fiscale à partir de € 40,00). Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

Merci pour votre soutien !

Commentaires :

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pontical Foundation